Invitation de nos soeurs dominicaines de Béthanie

« On les croit coupables. Il n’en est rien. Elles le furent, c’est vrai, mais depuis longtemps elles ont cessé de l’être ; et si un jour elles ont failli, depuis longtemps déjà elles ont reconquis dans les larmes et dans l’amour de Dieu une seconde innocence. […]  Oui, elles furent coupables, mais Dieu ne nous demande pas ce que nous fûmes, il n’est touché que de ce que nous sommes » (Sermon du 18 septembre 1864)

PLataste02-b182f

Il y a 150 ans, le 15 septembre 2014, le père Lataste entrait pour la première fois dans la prison de Cadillac, pour une retraite de trois jours. Son Prieur l’avait envoyé prêcher aux femmes détenues dans l’ancien château de Cadillac devenu un établissement pénitentiaire. Bouleversé par les merveilles qu’il avait découvertes dans le coeur de ces femmes, Dieu lui inspira alors de fonder les Dominicaines de Béthanie, ce qu’il fit avec une de nos soeurs dominicaine de la présentation de Tours, soeur Bernardine, devenue mère Henri Dominique.

Les Dominicaines de Béthanie, à l’occasion de cet anniversaire, proposent à tous ceux que le souhaitent de s’associer pendant trois jours à cet anniversaire. Ces trois jours seront vécus par les sœurs de Béthanie en « retraite », dans la prière et la méditation. Elles invitent tous les membres de la famille Lataste ainsi que toutes personnes sensibles à la spiritualité du Père Lataste à s’unir à cet anniversaire, là où elles seront. Des méditations sont proposées, à partir des prédications du Père Lataste et des réflexions de celles et ceux qu’il a rejoint.

En ce jour où nous fêtons Notre Dame des sept douleurs et où nous lisons l’évangile de Jean, dans lequel on retrouve au pied de la croix la mère de Jésus, le disciple bien aimé (qui n’a pas de nom et qui peut être chacun de nous), et Marie de Magdala, n’hésitons pas à nous associer à cette initiative de nos soeurs, en priant avec tous ceux qui ont été (et continuent d’être) bouleversés par la prédication du père Lataste et plus généralement par la grande miséricorde de Dieu.

« Tous vos crimes, si grands qu’ils soient, n’arriveront jamais aux proportions de son amour infini et de son infinie miséricorde ! Ne l’avez-vous pas vu déjà pardonner tous ses péchés à Madeleine, absoudre la femme adultère, regarder Pierre et le sauver ? Ne l’entendrez-vous pas tout à l’heure promettre au bon larron une place dans son paradis… Ah, de grâce, mes frères, quoi que vous ayez fait, quoi que vous fassiez, ne désespérez jamais de la miséricorde de Dieu ; mais pour cela ne vous exposez pas au désespoir par une résistance opiniâtre à sa grâce qui vous sollicite, en ce moment même ». (Sermon du 3 avril 1863)

« J’ai vu des merveilles ! J’ai vu des merveilles ! J’ai vu cette prison objet de tristesse et d’effroi pour les hommes, transformée cette nuit en un lieu de délices, en un séjour de gloire et de bonheur ! J’ai vu Dieu, le grand Dieu du Ciel, Celui qui d’un seul mot avait créé les mondes et les a tous peuplés… je l’ai vu. Il s’était pris pour les hommes d’un immense amour, après les avoir faits à son image, et porté par cet amour jusqu’à la passion, jusqu’à la folie, il s’est fait homme pour se rapprocher des hommes, il s’est condamné pour les sauver… il les a aimés jusqu’à la fin, jusqu’à la mort… Mais ressuscité après sa mort, il a pu dire à ses apôtres en les quittant : ‘‘Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des siècles’’ (Sermon du 17 septembre 1965)

IMG_2833

Chapelle dédiée au père Lataste au couvent de l’Annonciation à Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s