Les vignerons

Parabole étrange (Matthieu 20, 1-16)

De quoi s’agit-il ? de la vendange : l’histoire est de saison. Les raisins sont murs, un propriétaire-vigneron embauche des intérimaires à la journée. Salaire fixé d’un commun accord. L’après-midi avance, et il reste beaucoup de raisins à cueillir : le vigneron embauche de nouveaux intérimaires, sans fixer de salaire.

Le soir, récolte terminée, chacun va toucher son dû. Surprise ! Les derniers embauchés touchent autant que les premiers ! Récrimination. Injustice vis-à-vis des premiers ?

Essayons de comprendre : le vigneron n’est-il que « patron » ? N’est-il pas aussi, sans doute, père de famille ? Un père qui pense ! Il voit les épouses et les enfants des derniers ouvriers, les porte-monnaie quasiment vides : que vous manger les enfants ? Pourquoi les enfants des uns pourraient-ils manger à leur fin et pas les autres ?

Il sait que, pour Dieu, les « derniers » seront les premiers. Sa richesse ne sera-t-elle pas trésor : s’il sait la partager ?

« Lorsqu’un pauvre appelle, Dieu entend » (Ps 34). N’est-il pas les oreilles et les mains de Dieu ? Alors…

Dans saint Luc, nous trouvons peut-être un écho. En 24, 43, le malfaiteur crucifié à côté de Jésus vient de le « reconnaitre » juste avant de mourir. Et Jésus lui répond : « Dès aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis ». Salaire de dernière minute, énorme ! Pourquoi ?

Seul l’amour ne calcule pas, il voit ! A sa façon, saint Luc nous dit : « Dieu est amour! » Il n’est qu’Amour ! Et voilà….. peut-être !

Soeur Elisabeth Frey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s