Heureux les invités !

La Parabole que Jésus raconte alors qu’il est à Jérusalem, se situe dans un grand ensemble de paraboles sur le Royaume.

Parabole difficile à comprendre pour ne pas dire choquante alors que nous sommes habitués à un Dieu de compassion pour les plus faibles. Cette parabole choque si nous considérons Dieu comme un maître qui met en gérance, provisoirement ses biens et si nous considérons comme une injustice le fait de ne recevoir qu’un seul talent au lieu de cinq ou ne serait- ce que deux. Peut être pouvons- nous en faire une autre lecture ?

Un homme part en voyage :

Cet homme part vers le Royaume des Cieux mais il reviendra à la fin des temps.

A ses serviteurs : ses disciples puis à chacun de nous le maître confie ses biens dans la confiance, il donne à chacun une mission : faire fructifier son bien.

Le talent est d’abord monnaie romaine de grande valeur puisqu’il représente le salaire de 17 années de travail. Ce trésor n’a pas de valeur tant il est précieux. A cause de la popularité de cette parabole les talents sont devenus synonymes de dons personnels, capacités que Dieu donne à chaque homme. Celui qui donne est aussi Celui qui désire que l’homme développe ces talents, avec le devoir de les faire fructifier par son travail.

Ce ne sont pas seulement des qualités naturelles que nous avons reçues gratuitement mais aussi l’héritage que le Christ nous a laissé : sa Parole, ses Sacrements. ..

Peu importe le nombre de talents reçus cinq, deux ou un, l’important n’est pas la quantité, ce n’est pas le grand nombre de talents qui rend heureux mais ce que nous en faisons, l’intensité de notre réponse.

Avec quelle attitude intérieure ai-je reçu ces dons, courageusement au service du maître, dans une relation confiante ou dans une relation de peur de prendre des risques, alors je garde mon talent non comme un don mais en l’enterrant pour qu’il soit en sécurité afin de le restituer intact ?

La récompense est la même pour les deux premiers serviteurs qui ont fait fructifier leurs talents en fonction de leurs possibilités.

Entre dans la joie de ton maitre, joie promise à tous ceux qui prendront part au banquet céleste. Les serviteurs changent de statut ils deviennent amis. « Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis » Jn15,15

« Heureux les gens invités au festin des noces de l’agneau » Apocalypse 19,9

Qu’aurai-je à rendre au maître quand il viendra ? Pourra- t-il me faire entrer dans sa joie ?

Soeur Monique Pelletier     Capture d’écran 2014-11-08 à 14.40.05

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s