Les bras ouverts… pour tous

Nativité

D’abord vient la question : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » Où est le roi ? Qui dans ta vie en tient la place ? Ce qui occupe tes pensées, ton action, tes soucis ? Ce qui fait ta joie ? Ce qui te tient les yeux ouverts la nuit ? Où est le roi ?

Ensuite, il y a le geste, un départ : « Nous avons vu, nous sommes venu ». Le roi, c’est ce qui nous fait marcher, quitter, partir, changer, recommencer. La perle qui fait vendre le champ, l’amour qui fait déménager, l’enfant qui vient et qui ouvre un avenir. Un départ, des questions, un long voyage, une aventure pas après pas.

Puis une grande joie, une étoile qui marche, qui oriente le ciel et les pas des mages, et les pas des passants, vers un enfant. Dans ce monde bouleversant, la venue d’un enfant ouvre des possibles sur nos rétrécissements : un enfant est toujours un cadeau pour ce monde, tant de possibles sont encore en lui, et ses bras ouverts nous attendent.

Prosternation. Non seulement devant ce petit là, mais devant tout homme qui vient au monde. Oui, prosternation, car Dieu lui même se prosternera devant l’homme, en lui lavant les pieds pour remercier son Père du cadeau que nous sommes : l’homme, maison pour Dieu. Voilà ce que ces mages voient dans la nuit : l’homme, temple pour Dieu, qui se fait compagnon de nos poussières et de nos pas. Pour toujours.

C’est une présence fragile comme l’air, comme le Verbe qui peut toujours n’être pas accueilli. Encens. C’est une présence dense comme le plus grand des trésors. Emmanuel, Dieu avec nous. Or. C’est une présence définitive, capable de supporter la nuit, et d’en mourir pour sauver l’amour de la mort. Myrrhe.

C’est une présence pour tous.

Les bras tendus du nouveau-né resteront ouverts sur la croix pour continuer de nous recevoir, même si, contrairement aux mages de la première heure, c’est à la dernière heure que nous venons…

« Ce mystère, c’est que les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce d l’Évangile. » Eph 3,6

 

 Anne Lécu o.p.         Soeur Anne Lécu

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les bras ouverts… pour tous »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s