Mourir pour vivre (Jean 12,20-33)

« Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul » (Jean 12,24)

L’image du grain de blé que Jésus utilise pour parler de sa mort est forte. Un grain de blé est petit, même insignifiant, surtout dans notre culture citadine.

Il a besoin d’une terre. D’une terre qui l’accueille, qui l’aide à accomplir la tâche qui lui revient : être transformé, pourrir, passer par la mort pour devenir nourriture.

Jésus, en ce passage, rappelle que c’est Lui ce grain de blé, qui est venu dans notre terre, Dieu a accepté par amour de prendre notre humanité, de partager notre petitesse, pour que nous ne soyons pas seuls.

Voici le mystère de l’incarnation que nous avons contemplé à Noël.

Il a voulu être le grain de blé  qui meurt. Mais ce même texte d’Evangile nous dit, comme il a été dur pour lui d’accueillir son « heure » : « Père, sauve-moi de cette heure… » (Jn. 12,27). Son âme était « troublée ».  Il a soutenu  un vrai  combat. Qui d’entre nous ne s’accroche pas à la vie, à un espoir de vie, même infime, quand celle-ci est menacée de mort ?

Voici le prélude de la passion que nous contemplerons dans quelques jours.

Pour accepter de mourir, il faut aimer. Seulement un cœur qui aime, peut comprendre les paroles de Jésus. Aimer c’est mourir à soi-même à chaque instant, pour laisser l’autre vivre C’est peut-être difficile à comprendre, quand individualisme ambiant nous plonge  dans des relations virtuelles au détriment des contacts humains qui dérangent.

Mais, Jésus n’est pas resté dans la souffrance et l’angoisse. En poursuivant la lecture du  texte, nous entendons la voix du Père : « je l’ai glorifié et je le glorifierai encore » (Jn. 12, 28) et Jésus peut donc affirmer : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jn. 12,33). Ce verset  nous dit, le comment de sa mort : « élevé sur une croix », mais aussi lui, l’innocent parfait, sorti de notre glaise, n’y retournera pas. Dieu l’élève à sa gloire en le ressuscitant. Voici réunis dans un même texte les grandes révélations de notre foi chrétienne : Incarnation, Passion et mort, Résurrection. La mort a été vaincue par l’amour.

Jésus, grain de blé, nourrit la foi de l’Eglise depuis plus de deux mille ans. L’Eucharistie est nourriture pour tous ceux et celles qui, dans la grâce de l’amour, acceptent de faire corps avec lui, pour la Vie et «  pour que tout homme ait la Vie ».

Bon chemin vers Pâques!Amanda

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s