Se lever

Capture d’écran 2015-04-05 à 02.01.33

Dans la nuit encore profonde, dans les larmes qui ne veulent se tarir, dans le deuil qui ne fait que commencer, Marie se lève et se presse. Pourquoi se hâter puisque son amour est mort et la nuit froide ? Elle le sait, elle qui était là, au pied de la croix et jusqu’au bord de la tombe dans ce jardin. Serait-ce son secret ? Là où s’enracine sa force pour se lever ? Elle a habité, totalement, la joie et la souffrance d’aimer. Alors, une autre connaissance est en elle, hors de tout savoir, folle pour beaucoup : son amour est plus fort que le roc de la mort. La Madeleine réveille en nous l’aube du jour nouveau du monde. Le tombeau n’est ni vide, ni plein, il n’est plus. Le Christ, crucifié pour avoir aimé, a déserté la mort et s’en est retourné en son vrai lieu : dans les cœurs, intimes, secrets, de celles et ceux qui le cherchent, l’espèrent, l’annoncent, le prient.

L’aube se lève à peine, serait-ce celle de l’espérance ? interrogeait Geneviève Anthonioz de Gaulle en terminant le récit de sa Traversée de la nuit.[1] Oui, ce matin, l’espérance fut réveillée par une femme qui s’est redressée contre le désespoir et l’état des choses.

Pâque est une signature : Le Père a rendu le fils aux hommes, à chacune et chacun. C’est à nous, désormais, de faire connaître le secret de Dieu : la pierre précieuse a renversé la pierre tombale.

 

Très belle fête à tous

 

Sr Véronique Margron, op.       IMG_3138 - Version 2

[1] Seuil, 1998

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s