Le pain de Dieu, c’est celui qui donne la vie au monde.

Capture d’écran 2015-08-02 à 10.27.05

Après la multiplication des pains ( Jn 6, 15 ) «  Jésus s’est retiré seul sur la montagne sachant qu’on allait l’enlever pour le faire roi » .

Les témoins n’ont pas compris. A nouveau Jésus fait remarquer l’incompréhension de ceux qui l’entourent

«  Vous me chercher non parce que vous avez vu des signes,…mais parce que vous avez été rassasiés » Jésus interprète comme une démarche matérielle, intéressée qui rappelle le don de la manne dans le désert. La manne pour les juifs est le symbole de la loi de Dieu transmise par Moïse. Ils attendent la même chose de la part de Jésus .Mais il n’en est rien, Jésus les invite à se nourrir du pain que donne le Fils de l’homme, c’est-à-dire sa Parole. Ce n’est pas une nourriture temporaire mais le pain éternel de sa Parole.

« Que devons- nous faire… » Le pain demande le travail de l’homme, le pain de Dieu ne demande aucun travail mais seulement la Foi. Les interlocuteurs de Jésus n’ont pas compris que le don du pain en abondance, n’était qu’un signe. Que faut-il faire ? Croire en lui tout simplement.

« Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde »

La manne ne passait pas la nuit, le pain nouveau, pain de Dieu ne périt pas et donne une vie impérissable.

Gratuité de ce don qui nous vient sans travail, sans mérite de notre part, qui ne vient pas de la nature comme la manne. Ce pain c’est le Christ lui-même. C’est Dieu qui se donne, qui donne sa vie pour nourrir notre vie. Il donnera la vie pour toujours.

Jésus est ce pain et en offrant de partager ce pain avec nous, il nous appelle à croire en lui, à regarder vers lui, l’écouter, être enseigné par lui. Sa parole est nourriture pour notre foi, mais il est difficile dans le monde d’aujourd’hui de passer du signe tangible au mystère, de passer du pain quotidien au pain qui « donne la vie éternelle. Dans nos propres vies il n’est pas facile de faire ce passage du signe au mystère.

Seigneur creuse en nous la vraie faim d’aimer et d’être aimée et délivre nous des faims illusoires et inutiles : faim de posséder, de consommer….

Creuse en notre monde la faim de justice, de liberté et de paix.

Soeur Monique Pelletier o.p.    Capture d’écran 2015-08-02 à 10.26.54

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s