« Ephata, Ouvre-toi ! »

Nous constatons qu’en général dans l’Évangile, une parole de Jésus suffit pour produire la guérison,  une guérison qui n’est pas attribuée uniquement à son action, mais à la foi de ceux qui la demandent. C’est dans ce sens que l’on a bien présent à l’esprit, toutes les fois que Jésus a dit: « ta foi t’a sauvé »…Il arrive aussi que la guérison soit obtenue à distance, comme dans le cas du serviteur du centurion (Mt 8,15; Lc 7,6): Jésus ne verra même pas cet homme.
 
Dans l’Évangile de ce dimanche, on lui amène un sourd-muet pour qu’il lui impose les mains. Ce geste qui est assez fréquent, est fort significatif, parce qu’il y a d’abord le contact direct, qu’en réalité est aussi une bénédiction. Il nous fait comprendre que quelque chose se passe d’une personne à l’autre. Tout aussi éloquent est le geste de saisir la main d’une personne étendue, pour la faire se lever (Mt 9,25), il s’agit là d’une résurrection…
 
Très surprenantes sont les guérisons de la femme qui touche le vêtement de Jésus à son insu (Mt 9,20), et celle du sourd-muet de l’Évangile  d’aujourd’hui. On peut penser à de la magie…Déjà l’imposition des mains peut être, à tort, prise pour un geste efficace par lui-même. A vrai dire, ce geste est un langage: il dit la connivence entre celui qui le produit et celui qui le reçoit; il signifie le don que fait le guérisseur de sa propre puissance, de lui-même. Il y a là, une des expressions plus extraordinaires du langage de l’amour. C’est merveilleux que les gestes de Jésus puissent être pris dans ce sens: par le geste de la salive, Il passe lui-même dans le corps de l’infirme.
 
A l’écart de la foule, Jésus instaure une relation de personne à personne avec celui qui est muré en lui-même. Quel respect pour cet homme! Quel discrétion!. Mais aussi, quel enseignement avons-nous dans cette attitude! Suivant son exemple nous sommes invitées à l’heure actuelle, peut être plus qu’auparavant,  à   mettre en pratique  cette dynamique compatissante, prudente, et miséricordieuse, envers ceux et celles avec qui nous vivons ou que nous rencontrons à la croisée de nos chemins.  
Bonne route !
Soeur Maria Fabiola Velasquez o.p.      images
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s