Pour être grand, devenir le serviteur. (Marc 10, 35-45)

L’évangéliste Saint Marc, continue de nous montrer ce dimanche les implications de la nouvelle vie à la suite de Jésus, aujourd’hui il nous parle en plaçant le sujet, humain et très humain, celui du « pouvoir ».

Il nous propose un passage très révélateur pour ces temps, ce qui compte pour certaines personnes, c’est le succès à tout prix, trouver de bonnes places.

Il ne faut pas perdre de vue que Jésus à indiquer la direction pour le suivre puisqu’il dit: «si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive…» (Marc 8.34) donc l’école de Jésus , la formation à la croix est nécessaire pour les disciples : au service d’autrui.

Arrêtons-nous juste dans cette première scène de l’Évangile :

 Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’ approchent de Jésus et lui disent: « Maître, nous voudrions que tu exauces notre demande »

 Jacques et Jean, également appelé « fils du tonnerre » (peut-être par son tempérament fort ; voir 3.17), appartenant au premier groupe dans l’Evangile (1, 16-20). On s’attendrait à ce que ces disciples, qui

«Ont tout quitté et ont suivi » Jésus, soient déjà à un niveau élevé de formation de disciples et, par conséquent, capable de se différencier des autres dans le domaine de la maturité de leur vocation et de l’exercice du pouvoir dans la communauté. Mais il semble qu’il n’en soit pas ainsi.

Comme si c’était une carrière administrative, les deux disciples capricieux demandent à Jésus des postes les plus élevés dans le Royaume de Dieu: «accorde-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche« (v.37).

Dans les versets précédents (32,34) Jésus vient de leur annoncer pour la troisième fois sa passion « Nous montons à Jérusalem… le Fils de l’homme va être livré aux grands prêtres… ils le condamneront à mort… ils se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront… le tueront… » Il semble qu’ils n’ont pas compris ça. Le Messie, pour eux et (pour nous… ?) c’est ce triomphateur victorieux qui va tout régler par sa puissance.

Jésus en tant que MAITRE, à nouveau va former ses disciples, cette fois-ci dans la leçon de « service » Lui qui n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. (V. 45)

Face à la demande de Jacques et Jean et aussi à l’attitude des autres disciples, Jésus prend sa propre attitude :

  • Jésus ne rejette pas les aspirations des disciples, qui admettent qu’il s’agit d’être « grand » et «premier » (vv.43-44 ; Voir la v.40). mais il leur enseigne une autre façon d’être « grand »par le moyen du service.
  • Jésus surpris de l’égocentrisme des disciples quant à l’intérêt qu’ils portent pour le prestige et l’honneur personnel c’est l’aspiration fondamentale. Individualiste, vaine et égocentrique, qui conduit une personne à vouloir prendre la place des autres.
  • Jésus ne répond pas, avec une théorie, mais sur la base de sa propre vie : Lui est le modèle pour ses disciples.

Les aspirations spontanées (ou naturelles) des disciples (v.35-37) et modèles de comportement de la société (v.42) sont confrontés à la déclaration de Jésus qui indique comment le suivre … (vv.38-40 et 43 à 45).

  • Jésus enseigne, avec l’exemple de sa propre vie. Son autorité ne s’impose pas, mais il attire à lui par son enseignement. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l’esclave de tous. . 43
  • Jésus recentre le regard du disciple sur la radicalité de la passion, la pointe de son ministère et de sa révélation. Apprendre ainsi que la communion avec Jésus est totale ou n’existe pas. Il comprend le chemin de croix».
  • Jésus indique, depuis le mot clé « servir » (v.45), que le chemin d’accès de prestige et de grandeur est constituant de « Serviteur » et d’ « esclave » (vv.43-44). Le « service » est , ce qui indique tout ce qui contribue à la formation de la Communauté (v.43). L’esclave est une façon de souligner que le service est « libre », ne prévoit pas de récompense, car il y a un sentiment d’appartenance profonde (v.44).

– Enfin, Jésus et ceux qui le suivent étroitement ne partagent pas les mêmes intérêts économiques et politiques de toute société dont l’ éthique du pouvoir exclus, marginalise, tue ou nie la personne.

Nous devons faire notre le conseil de Jésus : « parmi vous, il ne doit pas être ainsi » (v.43).

Soeur Maria Esperanza Olarte    Capture d’écran 2015-10-17 à 23.18.55

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s