Heureux les coeurs sauvés

Heureux les pauvres de cœur ; heureux les assoiffés de justice, heureux les cœurs purs, le Royaume de Dieu est à eux. Ces béatitudes de Mt ne sont pas un programme, mais avant tout une proclamation, la proclamation de ce qu’est le Royaume, le Règne qu’inaugure le Xt. Portiques à huit co­lonnes qui nous disent qui sont les préférés de Dieu, les héri­tiers du Royaume. La terre était promise, la libération, la descen­dance, la justice, le droit. Aujourd’hui est promis le Royaume à ceux qui essaient de recevoir le Christ dans leur vie et se risque à la fidélité envers la Parole.

Je me m’arrêterai que sur une béatitude, qui tout à la fois m’intrigue et m’émerveille. Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu. Béatitude propre à Mt.

L’Évangile nous prévient. Rien de ce qui vient de l’extérieur ne rend l’homme impur. S’il y a impureté, elle est causée par l’intérieur ; elle vient du cœur quand il se durcit, se rétrécit, surtout quand il oublie l’alter ego.

Le critère de la pureté est dans le rap­port à l’autre ; et non d’abord dans les pratiques vertueuses ou ascétiques qui ne regardent que nous-mêmes.

Le cœur pur c’est encore sa simplicité, son unité. Le cœur pur n’est pas le cœur naïf, mais le cœur droit, sans mensonge ni duplicité. »Si tu marches de­vant moi dans l’innocence du cœur et la droiture, si tu agis selon tout ce que je te commande » 1 R 9,4 dit le Sg à Salomon en lui promettant le trône de David. «  Non pas réa­liser des victoires, des conquêtes, simplement avoir le cœur droit ; sans détour.

La pureté du cœur  c’est encore le cœur circoncis. Comme en Jérémie 9,24. » Des jours viennent où je sévirai contre quiconque est circoncis dans sa chair, contre l’Égypte contre Juda. Car toutes les nations sont incircon­cises et les gens d’Israël eux-mêmes sont incirconcis du cœur ». La circoncision est le signe de l’appartenance au peuple de l’alliance. Or cette appartenance proclamée n’est qu’apparence si le cœur n’y est pas « des lèvres on offre la paix à son compagnon, mais dans le cœur, on lui prépare un guet-apens » Jr 9,7. «  Ainsi le Seigneur ton Dieu te cir­concira le cœur, à toi et à ta descendance, pour que tu aimes le Seigneur ton Dieu de tout ton être, de tout ton cœur, afin que tu vives » Dt 30,6.

Cœur circoncis, marqué par le Seigneur, cœur pur, purifié. Car nos cœurs purs sont toujours des cœurs en voie d’être purifiés par le Seigneur, purifié comme guéri et sauvé. Par le Christ lui-même. C’est lui qui vient purifier notre cœur par le don libre de sa vie, afin que nous puissions reprendre notre chemin lorsqu’il s’est égaré vers la ran­cœur, la froideur, l’indifférence ou notre petit confort solitaire. Le cœur pur, ou le cœur sûr, c’est celui de la fidélité renouvelée ; il tré­buche, il n’est pas sans défaillance, mais il sait reprendre la main de tendresse qui veut le relever. Main des hommes, mains de Dieu.

Le cœur pur qui nous fait voir Dieu n’est pas un idéal de vie, mais juste une modeste suite, celle du Christ serviteur et écoute la Parole qui fait vivre.

Alors oui, nous verrons Dieu. Car le voir c’est ne pas cesser de le désirer, le voir c’est déjà l’entrevoir, le deviner, dans l’homme restauré.

 Heureux sommes-nous. Saints sommes-nous, dans la nuée de tous les saints anonymes de nos histoires comme avec les grands de l’Église. Saints et heureux chaque fois que nous entendons et répondons à l’appel du Seigneur, visage même des béatitudes. « Heureux ceux qui marchent dans la justice et dans la paix, dans la miséricorde et la dou­ceur car déjà le Royaume de Dieu leur est promis, terre sans larmes, car déjà ils le découvrent ».

Alors le Christ réalisera pour nous ce qu’il donna au roi Salomon : un cœur aussi vaste que le sable qui est au bord de la mer » 1 Roi 4,9.

            Véronique Margron op.

Capture d’écran 2015-11-01 à 07.55.18

Il y a des gens comme ça qui respirent le calme et la tranquillité.

 

Il y a des gens qui sont comme des lumières dans la nuit,

Comme des braseros au plus fort de l’hiver.

Ces gens là ne font ni grandes phrases,

ni grands discours.

Ils sont là un point c’est tout, et çà suffit !

 

Ce sont des gens de tous les jours,

des petites gens, comme on dit,

mais des géants de cœur.

 

Etre Saint,

C’est vivre de ta grâce

dans les lignes de ma vie.

C’est enrichir mes heures

et donner du poids à mon bonheur

 

 

Extraits de Daniel Federspiel (Prier avec Don bosco)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s