Le Royaume de Dieu est là, tout près de nous.

 

Mais devons-nous nous en réjouir ? Les textes de ce jour nous parlent plutôt d’apocalypse et de catastrophes que de la joie de l’avènement du Royaume de justice et de paix….ainsi que nous l’avions chanté à Noël…

Serait-ce que nous ne savons pas lire les signes qui nous sont donnés, comme les contemporains de Jésus ? Et pourtant, nos temps modernes ne sont pas exempts non plus de catastrophes, de cataclysmes…notre planète se réchauffe…bref la situation actuelle de notre « maison commune » a tendance à nous faire penser que nous nous approchons de ce moment dont personne, même le Fils, ne connaît l’heure…

Pas de panique….Nous sommes dans un train en marche….Bien , ou moins bien, installées dans notre petit compartiment, n’oublions-nous pas trop souvent que ce n’est pas définitif et que l’objectif est…d’arriver.   Avec conviction, ne chantons-nous pas avec le psalmiste : «… mon âme a soif du Dieu vivant, quand le verrai-je face à face ?»

Aurions-nous aussi oublié ce passage de l’Apocalypse(3.20) : «  Voici que je me tiens à la porte, et que je frappe…..si quelqu’un entend…et ouvre…j’entrerai pour souper, moi près de lui, et lui près de moi.» On peut l’appliquer à l’éternité, mais, dans le contexte même, c’était pour le temps présent que l’Ange s’adressait à l’Eglise de Laodicée : « allons, un peu d’ardeur et repens-toi ! ».

C’est toujours, c’est aussi aujourd’hui… l’aujourd’hui de Dieu…. C’est aujourd’hui que pousse le figuier, qu’il nous annonce l’été et la marche vers l’accomplissement du Royaume… Savons-nous regarder et les voir, ces jeunes pousses ? Ne nous sommes-nous jamais émerveillées d’une petite fleur s’épanouissant dans une muraille ? Savons-nous voir plutôt le bon grain avant de voir l’ivraie qui pousse sur le chemin de ceux que nous côtoyons, avec qui nous vivons ?

Cette semaine, à Tours nous avons célébré avec joie et solennité l’ouverture de l’année Jubilaire de Saint Martin. Notre Saint, dans son siècle a lutté contre les idoles visibles – mais n’avons-nous pas aussi nos idoles moins visibles, mais aussi réelles – a su garder l’espérance du Royaume et le faire advenir. L’Evangile choisi pour sa fête nous le rappelle. (Mt 25, 24- ss) : « Venez les bénis de mon Père, recevez le Royaume en héritage…Seigneur quand t’avons-nous vu assoiffé, affamé, étranger, prisonnier et t’avons-nous secouru ?.Et le Seigneur leur fait cette réponse : Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait… ».

Avec Saint Martin, avec Marie Poussepin, sachons aussi lire les signes de notre temps. A travers eux, le Seigneur frappe toujours à notre porte…Faisons-le entrer…et souper chez nous….

                      Le Royaume de Dieu est là, tout près de nous…..

 

Soeur Catherine de la Présentation          photo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s