Dieu avec nous…

Depuis quelques jours, nous voyons que les rues et les commerces prennent un air de Noël. Malgré les événements tragiques du 13 novembre, on se dit que la vie doit continuer. Mais à ce jour, ce n’est pas encore Noël. Il nous faudra attendre quatre semaines. Le temps de l’Avent, c’est précisément cela : le temps de l’attente de celui qui Vient.

Cette période de l’Avent, nous en parlons comme d’un temps de joie. Mais cette joie ne vient pas d’abord de la naissance d’un enfant, ni même de son attente. Le grand message de Noël c’est que « Dieu est avec nous ». Il nous rejoint dans nos tribulations. Il est avec nous pour nous sauver, pour nous guider sur le chemin de la vie. Le Seigneur nous rappelle que quels que soient les drames que nous avons à subir, le dernier mot appartient à l’Amour C’est pour cette Bonne Nouvelle que nous sommes dans la joie en ce temps de l’Avent.

Lorsque saint Luc écrit son évangile, le Temple de Jérusalem vient d’être détruit par les Romains. Les disciples ont peur de ces transformations qu’ils n’arrivent plus à contrôler. Alors, saint Luc les encourage à ne pas perdre la confiance en Dieu. Il les invite à l’espérance.

Nous aussi, devant les transformations incontrôlables et les situations désastreuses actuelles qui nous inquiètent le Seigneur, comme autrefois pour les premiers disciples, nous demande de nous redresser et de relever la tête car notre rédemption est proche. C’est donc une invitation à l’action, car notre attente doit être active et non passive. Nous sommes invités à nous y préparer en vivant dans la joie et l’espérance. Ce Dieu que nous attendons est fidèle à sa promesse de bonheur; il est toujours « Dieu avec nous ».

C’est déjà cette Bonne Nouvelle que le prophète Jérémie (1ère lecture) annonçait à son peuple angoissé. Très éprouvé par la défaite et la misère, ce peuple était complètement démoralisé. Or voilà que le prophète vient lui annoncer un avenir merveilleux. Au nom de sa foi, il rappelle à tous que le Seigneur est un Dieu de justice. Le droit et la justice doivent être les maître-mots de la vie des croyants. C’est là qu’ils trouveront le bonheur. Dieu n’abandonne pas son peuple blessé : il suscitera un « germe de justice» pour balayer le malheur présent. Il veut vraiment le bonheur de son peuple.

La lettre aux Thessaloniciens (2ème lecture) nous parle également de la « venue » du Seigneur dans la gloire. Nous sommes invités à nous y préparer dans l’espérance en vivant d’une manière digne de Dieu. Les exhortations de Paul ne visent pas seulement au redressement mais au progrès. Il s’agit de progresser dans la foi et l’amour. Le Seigneur est là, avec nous. Il nous pousse chaque jour à vaincre les records de la veille dans le domaine de l’amour fraternel. C’est cela la dynamique de l’Avent: « faites encore du progrès » nous dit saint Paul. Comme lui, il nous faut « oublier le chemin déjà parcouru et courir vers le but (Phil. 3, 14). Ce but c’est le Christ et nous sommes habités par une espérance un peu folle :

oui, le Seigneur reviendra pour sauver pleinement le monde;

oui, Il est déjà venu pour nous racheter de nos péchés;

et enfin, oui, Il est avec nous aujourd’hui tout particulièrement quand nous traversons des épreuves.

Soeur Catherine Aubry

L’homme met la nature en esclavage. Nous nous sommes emparés de notre mère la Terre. Je crois que l’homme est allé trop loin. Je demande aux États d’être plus courageux à Paris qu’à Lima. »

Pape François à son retour des Philippines

425121_108950605897511_1585549933_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s