Retournement

« Tous lui rendaient témoignage ; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. » … « Tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville jusqu’à un escarpement pour le précipiter en bas. »

Dans ce passage de l’évangile, ce qui frappe au premier abord, c’est le retournement de la foule dès que Jésus prend la parole. On ne peut que penser à ce qui va se passer à Jérusalem, quand les mêmes foules qui acclament Jésus le jour des Rameaux réclament, quelques jours après, sa crucifixion.

Qu’a bien pu faire Jésus pour voir l’opinion publique se retourner ainsi ? Pourquoi ses concitoyens de Nazareth, qui semblaient tout disposés à l’entendre, se mettent- ils soudain à le haïr ?

D’une part, cette petite communauté qui pensait le connaître – c’est le fils de Joseph, le charpentier, quelqu’un qui a grandi parmi nous…. Il dit de belles paroles, il a fait beaucoup de miracles à Cana et à Capharnaüm; et en plus il est de chez nous ! – découvre soudain que Jésus n’est pas celui qu’ils croient. Il n’est pas le voisin sympathique qui est prêt à tous les arrangements, et même à toutes les compromissions, pour se faire bien voir du public. Il est proche de tous, c’est même un ami, oui, mais un ami exigeant. Un ami exigeant parce qu’il veut notre bien mais qui connaît nos faiblesses.

Et d’autre part, en choisissant l’exemple d’une veuve sauvée de la famine, et d’un étranger, guéri de sa lèpre, Jésus résiste à l’attitude possessive manifestée par son peuple. Il refuse de placer ses dons extraordinaires au service de son propre peuple, plaçant les étrangers en premier, il signifie son orientation particulière vers les pauvres : si l’Évangile s’adresse à tous, Jésus rappellera à plusieurs reprises qu’il est venu pour les exclus, les petits, les sans-voix… Alors, ils ferment leur cœur et leur esprit et passent au rejet.

Est-ce que cette histoire ne nous est pas encore familière ? Combien de fois nous sommes-nous trouvés dans des situations similaires ? Les critiques les plus sévères viennent souvent de gens proches de nous et nos critiques touchent souvent ceux que nous côtoyons …

Puisse le Seigneur nous accorder un cœur magnanime, afin que nous reconnaissions la bonté, la grandeur et la beauté des autres personnes, au lieu d’être jaloux de leurs dons. Que le Seigneur nous aide à développer l’amour en nous. Qu’il nous rende dociles à sa parole pour que jamais nous ne soyons tentés de le rejeter et que nous trouvions la force d’agir envers nos frères à l’image de l’amour que le Christ nous a manifestés, Lui qui est venu donner sa vie pour nous apporter la Bonne Nouvelle de notre salut, lui qui est passé au milieu de nous en faisant le bien, pour nous permettre de marcher, à sa suite jusqu’aux biens éternels qu’il nous a promis.

 

Soeur Catherine Aubry

425121_108950605897511_1585549933_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s