Les pèlerins d’Emmaüs

L’instant où le Christ disparaît de la vue des Pèlerins d’Emmaüs, une représentation rare si ce n’est unique que le Père Xavier Nucci, supérieur de la Communauté Jésuite de la rue de Blomet, a évoqué avec beaucoup d’enthousiasme lors d’une eucharistie de semaine il y a quelques jours à la Chapelle du 310 à Paris. Tellement de conviction dans ses paroles et d’admiration devant cette œuvre qui le touche par sa beauté mais aussi l’approche spirituelle qu’il y perçoit que j’ai recherché sur internet le tableau en question et son explication.

Je vous partage ce que j’ai découvert car je ne connaissais pas cette toile et vous invite à la contempler tout comme je l’ai fait : par là, je trouve qu’on s’approche du mystère de la proximité du Christ à la fois présent et absent …

Très beau temps pascal !

Sr Catherine Aubry

 

 

Mise en scène et puissance dramatique

 

Rembrandt représente la scène du repas d’Emmaüs. A première vue, le décor pourrait être celui d’une scène de genre, avec des hôtes installés autour d’une table et une servante au loin en train de travailler. Rembrandt réduit la scène au minimum, dans un décor très humble.

Mais par un puissant jeu de clair-obscur et de contre-jour, Rembrandt crée une sensation de surnaturel. Contrairement aux représentations que l’on rencontre traditionnellement, le visage du Christ n’est pas éclairé par sa transfiguration, mais seule sa silhouette apparait, fugitive et spirituelle. Étrangement, la lumière qui, à première vue, paraît être celle d’une bougie, semble en réalité émaner de la tête du Christ, irréelle. Le moment représenté est précisément le passage biblique « Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. ». D’une certaine façon, le Christ apparait dans la lumière, mais disparaît en même temps dans l’obscurité, comme une ombre, on ne distingue pas ses traits mais seulement sa silhouette. Cela donne un véritable effet dramatique à la scène. Le christ se révèle en même temps qu’il disparaît. Le disciple, éclairé par la lumière, exprime dans un geste théâtral sa surprise. On devine son sursaut lorsqu’il reconnaît le Christ.

Capture d’écran 2016-04-02 à 18.02.52

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s