L’expérience apostolique de Pierre

Aujourd’hui, nous retrouvons l’Apôtre Pierre, un des premiers à avoir été appelé par Jésus et à avoir vécu proche de lui. Lui et ceux qui l’accompagnent, sont complètement perdus après les événements qui se sont passés à Jérusalem. Alors Pierre se lance, il décide de reprendre son métier de pêcheur, ses compagnons vont avec lui.

Et l’expérience tombe à plat. De plus à l’arrivée quelqu’un a faim : « avez-vous de quoi manger » ? « Non », c’est l’aveu de l’échec. Un ordre est donné « Jetez le filet à droite et vous trouverez » et c’est ce qui se produit. Pierre entend du Disciple que Jésus aimait : «  c’est le Seigneur ! ».

Pierre ne peut pas oublier qu’au tout début quand Jésus a appelé ses premiers disciples il y avait eu une pêche surabondante après des moments difficiles avec cette promesse : « sois sans crainte désormais ce sont des hommes que tu pêcheras » cf. Lc 5, 10. Mais ici la reconnaissance de ce même Jésus qui est là vivant vient fonder l’expérience apostolique et une nouvelle compréhension de la mission qui attend Pierre et ses compagnons.

Jésus alors entame un long dialogue avec Pierre qui le conduit à confesser son amour inconditionnel.

Ce dialogue nous révèle que Jésus passant par la mort n’a pas oublié les « faux pas de Pierre », il lui a gardé son amour, sa confiance tout comme sa décision d’en faire le chef des Apôtres. S’instaure par trois fois une communion qui lie à jamais la vie de Pierre à celle de Jésus ressuscité. Dans cette relation Jésus explique qu’on ne peut donner suite à « sa » mission sans amour. « Paître les brebis » c’est recevoir en héritage les brebis : les plus proches les apôtres et, tous ceux et celles qui recevront la Bonne nouvelle de l’Evangile. Tous et toutes, appelés comme les apôtres, et à leur place, à entrer dans la vie de foi et d’amour proposée par le Christ Jésus.

Cette profession d’amour de Pierre touche encore au cœur aujourd’hui. Pierre pour les chrétiens, c’est le Pape François qui prêche l’Evangile, mais tout près de chez nous, et pour chacun Pierre, c’est celui-ou celle qui accueille, écoute, accompagne nos situations d’adultes ou de jeunes, heureuses ou malheureuses. Il est là, parfois silencieux, parfois très attentionné, de lui vient comme une clarté qui réchauffe le cœur. Par lui se transmet quelque chose qui vient de plus loin que tout ce que nous pouvons atteindre, cette expérience apostolique est héritage inépuisable que de génération en génération l’Eglise a su conserver et garder vivant parce que le Christ ressuscité demeure au milieu des siens.

Que le Seigneur donne à tous de rencontrer des « témoins d’amour du Ressuscité » qui conduisent à voir Jésus ressuscité vivant en nos petites vies humaines qui sont plus nobles que ce que nous pouvons l’imaginer jusqu’à dire : « oui, Seigneur, tu sais bien que je t’aime ».

Monique Colrat op    versailles nov 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s