Simplement prier

Capture d’écran 2016-05-08 à 19.17.47

Prier, rester relié. Pour ne pas perdre totalement pied au moment où le drame point, où l’angoisse étrangle. Prier pour aimer. Prier comme façon d’aimer. Prier pour remettre ceux que l’on aime à qui seul peut les garder, les protéger.

Prier, pour que le cœur du Père recueille chacun en sa tendresse. Non pour nous retirer du monde, mais pour trouver la force de l’aventure de la prédication du Dieu à la même peau que nous, du Dieu qui s’offre à toute histoire.

Prier comme geste intime, mystérieux, singulier, solitaire. Geste qui ne renferme pas l’orant sur lui-même, mais dit sa passion pour autrui, ses amis, pour tous. Bons et méchants. Prier, pour laisser passer la seule force qui vaille, celle de Jésus, qui sera la vulnérabilité de ses entrailles et sa mort en croix.

Prier, pour qu’ils demeurent un. Non pour qu’ils deviennent tous les mêmes, qu’ils suivent « comme un seul homme » – illusion de l’indifférencié, de l’indistinction. Le satan, lui, vient tout confondre, diviser, fracasser, faire prendre le mensonge de l’illusion pour la vérité et semer le venin du soupçon : puis-je aimer ? Dois-je me méfier, me barricader ? Et si mon Dieu me voulait du mal ?

Supplier pour être « un », c’est d’abord nous réunifier, retrouver ce qui nous fonde, nous, si souvent divisés aux tréfonds de notre vie. Entre ce que nous disons et faisons ; entre ce qui est obscur et lumineux en nous ; entre ce qui nous fait aimer et ce qui nous fait haïr. Entre ce que nous vivons au plus intime et notre rôle social. La prière du Christ supplie que nous ne fassions qu’un, comme la vigne et ses sarments. C’est elle qui nous fonde en lui et dans son amour pour le Père, dans la communion, loin de toute confusion comme de toute arrogance.

C’est l’amitié de Dieu en son Fils, l’amitié des hommes, qui ouvrent au labeur de l’unité. En nous comme entre nous. Sans entrailles, sans proximité, rien de possible. Être un, pour l’œuvre du Père, c’est ouvrir des brèches dans la mort.

Jésus prie pour trouver courage près du Père, pour les siens et pour nous désormais. Pour affronter la vie, témoigner de la vérité de Dieu qui prend avec elle toute détresse, qui nous supplie de nous arrêter aux bords de tous les chemins de Jérusalem à Jéricho.

Prier le Père qu’il fasse partager la gloire du Fils. Étrange formulation pour qui va passer le torrent du Cédron et entrer au jardin des Oliviers : gloire à l’envers promise à ceux qui veulent aimer dans la suite du Christ. Aimer pour de vrai, pour que d’autres vivent pleinement et librement. C’est ce que vécut avec d’autres, en sa chair, Pierre Claverie, frère dominicain, évêque d’Oran, assassiné il y a 20 ans. « Où serait l’Église de Jésus-Christ si elle n’était pas d’abord au pied de la Croix ? Jésus meurt abandonné des siens et raillé de la foule. Je crois qu’elle meurt de ne pas être assez proche de la Croix de son Seigneur. Sa force et sa fidélité, son espérance et sa fécondité viennent de là, pas ailleurs ni autrement. Tout le reste n’est que poudre aux yeux, illusion mondaine. (…) Elle peut briller, elle ne brûle pas du feu d’amour fort comme la mort car il s’agit bien d’amour et d’amour seul dont Jésus nous a donné le goût et tracé le chemin : il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » [1]

Connaître son nom, vouloir que son amour soit en nous demandent peu de choses en vérité : demeurer enraciné en sa Parole, en sa vie, en son art de vivre. Ne pas se détourner de sa toute douceur d’aimer jusqu’à la fin. La laisser vaincre nos prétentions et nos faux-semblants. Juste nous mettre à l’abri de sa croix. Jésus, le Fils, fera le reste.

 

Véronique Margron op.   IMG_3138 - Version 2

[1] P. CLAVERIE op. évêque d’Oran. Homélie à Prouilhe, le 23 juin 1996. Pierre Claverie sera assassiné le 1er aout 1996, avec son ami Mohamed, en rentrant à l’évêché. Il rentrait de négociations pour la paix en Algérie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s