Soeur Françoise Grangier, un regard lumineux sur la vieillesse

Une de nos soeurs, soeur François de Sales, a été interviewée par RCF : c’est une très belle interview que vous pouvez écouter ici.

Paris

Paris

Publicités

De l’art du savoir-être et du savoir-vivre

Jésus est invité à un repas chez un chef de pharisiens, un jour de sabbat (Luc 14; 1a, 7 – 24, traduction TOB). Saint Luc a déjà mis en scène des repas chez les pharisiens (Lc 7,36 et 11, 37). ces repas sont des pièges tendus à Jésus. Les pharisiens en effet, essayent de mettre Jésus dans son tort au sujet de son non-respect, d’après eux, des rites de purification, du sabbat et des Écritures.Leur objectif ? Faire tomber Jésus et éliminer ce gêneur ! L’enseignement de Jésus n’est pas le leur !

Jésus n’est pas dupe. Aussi va-t-il donner un enseignement qui mette en valeur les « priorités » de Dieu.

Tout d’abord, il observe les invités et leur comportement. Il constate que le repas réunit des invités de même classe sociale que leur hôte. de plus, certains d’entre eux s’attribuent à eux-mêmes les meilleures places, se donnant ainsi un « titre de noblesse » usurpé. En effet, c’est le maître de maison qui attribue les places ! Jésus fait remarquer qu’on ne se décerne pas à soi-même la Légion d’honneur ! Symboliquement, jésus part du « jugement dernier ». A bon entendeur, salut !

Puis, Jésus propose à son hôte de ne pas oublier « les pauvres, les estropiés, les boiteux, les aveugles », classes sociales qui se trouvent hors du champ de pharisiens, mais qui sont les bénéficiaires privilégiés des miracles de Jésus !

De plus, Jésus fait entendre que ces pauvres, n’ayant pas les moyens de rendre l’invitation, c’est Dieu lui-même qui récompensera l’hôte à la résurrection des justes ! Ce n’est pas rien !

Enchanté d’entre affirmer qu’il y aura résurrection des justes, un des convives lance que celui qui participera au repas dans le Royaume de Dieu sera vraiment heureux ! Qu’a-t-il compris de l’intervention de Jésus ?

Jésus se tourne vers lui et énonce une nouvelle parabole :

Il s’agit d’un grand dîner et de beaucoup d’invités, bien situés socialement : curieusement, ceux-ci se rétractes au moment du repas, pour vaquer à des occupations plus lucratives ! Le maître de maison, plein de colère, offre alors son festin « aux pauvres, aux estropiés, aux aveugles et aux boiteux » auxquels s’ajoutent les marginaux ! Pour l’hôte de jésus, ces propos sont aberrants, et d’autant plus que ce maître-là désire que sa maison soit bien remplie !

Quelle place restera-t-il donc au Royaume de Dieu pour les invités qui se sont désistés ?

Jésus le dit clairement : « Aucun ne profitera du dîner »

L’évangile ne dit pas comment le repas s’est terminé, mais les quatre Evangiles nous disent que Jésus sera mis à mort, pour blasphème !

 

Soeur Élisabeth Frey

Capture d’écran 2015-07-19 à 09.44.52

Nouveau site web pour notre communauté de Lourdes

Pour répondre aux besoins de communication d’aujourd’hui, notre maison d’accueil de Lourdes, « le foyer familial » des Sœurs dominicaines de la Présentation, refonde sa page web, avec un style plus dynamique, moderne,  et aussi plus accessible. Vous pouvez nous rejoindre à l’aide de votre ordinateur, votre tablette au votre smartphone, plus de frontières. En même temps c’est l’occasion de découvrir la communauté et sa mission d’accueil, d’écoute, d’accompagnement des pèlerins, individuels, en famille ou en groupe venus du monde entière pour découvrir le message de Lourdes.

Nous vous invitons à connaitre et faire connaitre à vos amis, aux écoles, aux aumôneries etc. C’est simple cliquez ici.

Et pour nous rencontrer en vrai, c’est juste en face de la Gare.

Capture d’écran 2016-08-24 à 15.32.05

Tout commence par une question (Luc 13, 22-30)

La question qui est  posée à Jésus, « Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? », peut nous paraitre un peu dépassée pour notre époque… Ce qu’il y a après la mort semble ne pas être vital. Ce qui est important aujourd’hui c’est de vivre bien, ici et maintenant.

La question que l’on se pose alors: « Que dois-je faire pour avoir une vie de bonheur et de réussite ?». La réponse que nous donnent les médias et la société : « Plus tu es riche, beau et ingénieux, plus tu auras la chance de réussir ta vie. »

Jésus par contre répond par trois images. D’un côté la porte étroite, par laquelle tous ceux qui désirent le salut doivent  s’efforcer d’entrer, d’un autre côté l’image du maître de la maison qui se lève pour fermer la porte et en dernier l’image du cortège de gens qui viendront de l’Orient et de l’Occident, du Nord et du Midi.

  • Avec l’image de la porte étroite, Jésus veut faire comprendre que le chemin qui mène au royaume est exigent. Celui-ci demande effort, engagement et renoncement. Emprunter ce chemin-là, est une décision personnelle. Chacun(e) est responsable de la réponse donnée au chemin proposé. La porte est ouverte, mais y entre celui (celle) qui le désire vraiment et librement.
  • La deuxième image celle du maitre de la maison qui se lève pour fermer la porte. Jésus veut faire comprendre que le fait d’avoir partagé la même Parole, de vivre les mêmes dogmes ou pratiques, d’appartenir à la même institution, n’est pas un passeport suffisant pour être admis au banquet. Il faut une adhésion personnelle et un mode de vie, cohérent avec le message reçu.
  • La troisième image est celle du cortège de gens venus d’Orient et d’Occident, du Nord et du Midi… Cette image montre l’universalité de la proposition du salut. Le message de Jésus, son Evangile, n’est pas le monopole de quelques uns. C’est n’est pas un privilège. Dieu, au contraire des hommes, ne fait acception de personne. Sa proposition de vie est pour tous.

Accepter d’être disciple de Jésus n’est pas un jeu. C’est une option fondamentale et un engagement continu. A chacun (chacune) revient  la responsabilité de la réponse.

Sr. Amanda MANCIPE        Amanda

 

 

Tous recevront la vie

Capture d’écran 2016-08-13 à 21.19.11

Marie s’endort, et nous précède dans un sommeil incorruptible de la même manière qu’elle nous a précédés dans une vie incorruptible.

Étrange mystère.

Parce qu’elle a porté le Fils de l’Homme, parce qu’elle a aimé Celui qui a retourné l’univers à l’endroit sur la croix, parce qu’elle lui a entièrement appartenu, tout en elle est devenu vivant, au point que la mort n’a pas de prise sur elle. C’est par la grâce de la mort et de la résurrection de son Fils qu’elle est immaculée. C’est par cette même grâce que tous ceux qui appartiennent au Christ (et cela va bien au delà de nos églises) participent de cette incorruptibilité qui fait de chaque instant de leur vie, maintenant, une victoire sur la mort.

Voilà. Le chemin emprunté par Marie est pour nous. En ce jour où nous serons nombreux à prier pour notre pays, n’oublions pas de supplier notre Dieu pour ceux qui parmi nous et au-delà de nos frontières (culturelles, sociales, nationales) espèrent la paix.

La vie promise par le Christ ressuscité, est pour tous, précise Paul. C’est bien pour tous, qu’il nous faut prier, et avec tous, qu’il nous est bon de vivre. Puisse Marie, mère de douceur, nous y aide.

En effet, de même que tous les hommes

meurent en Adam,

de même c’est dans le Christ

que tous recevront la vie,

mais chacun à son rang :

en premier, le Christ,

et ensuite, lors du retour du Christ,

ceux qui lui appartiennent. 1 Co 15, 22-23

 

Sr Anne Lécu o.p.   Soeur Anne Lécu

Le feu et la Paix

La Parole de Dieu du dimanche 14 août 2016

Luc Ch. 12 v.49 à 53

Ce texte de l’Evangile de ce dimanche est très court, parfois difficile à saisir, mais riche d’enseignement pour nous.

« En ce temps là…. » Ce passage  se situe en Luc à la suite de divers enseignements du Christ comme : « Ne pas avoir peur de confesser sa foi au milieu des tribulations de la vie … vivre de la grâce de Dieu…  ne pas s’inquiéter inutilement… vivre pour le Royaume… être vigilant en attendant la plénitude de celui-ci… »

Alors c’est peut-être une conclusion ou un intermède, car à la suite de ces versets Luc reprend d’autres enseignements afin de vivre du Royaume.

Deux passages assez distincts : Le feu  et la paix

« C’est un feu que je suis venu apporter sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé »

Le feu : symbole de la chaleur, de la lumière, de la force… et ce feu qu’il soit allumé, qu’il se propage…

Mais aussi le feu qui dévaste, qui ravage… qui détruit…. »

« C’est un baptême que j’ai à recevoir, et comme cela me pèse jusqu’à ce qu’il soit accompli »

Baptême du feu, baptême de l’air, etc ….  Première fois d’un évènement… premier combat aussi…. Et souvent attente de cette réalisation.

Au début de son ministère, Jésus a reçu le Baptême de Jean, c’est à ce moment-là, ainsi qu’à la Transfiguration que la personnalité de Jésus nous a été révélée par le Père: « Celui-ci ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez le » Jésus attend un autre Baptême, sans doute celui de sa Passion et de sa mort.

Oui, Jésus va recevoir aussi cet autre Baptême de son Père ! Pour sauver l’humanité et tout homme, le Père a offert son Fils, le Fils s’est offert également…. Mais dans cette phrase « comme cela me pèse jusqu’à ce qu’il soit accompli »  Jésus a hâte de connaître, de vivre cette heure, l’heure de sa passion, du don ultime, afin que tout soit accompli de sa mission et que les Ecritures soient accomplies. Mais en même temps, cela lui pèse… Cela renvoie à l’agonie de Jésus au jardin des Oliviers : « Père, si tu veux écarter de moi cette coupe … pourtant que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui se réalise ».

Dans ce Baptême, nous voyons cette lutte, ce combat du Christ, que nous retrouvons aussi dans la suite du récit pour les disciples, pour nous…

« Pensez-vous que ce soit la paix que je suis venu mettre sur la terre ? » « Je suis venu mettre la division »

Division en nous-même : Car pour suivre le Christ, il faut brûler beaucoup de scories en nous, changer d’attitudes, pour recevoir ensuite le Feu de l’Esprit. Les apôtres ont vécu cette épreuve quand ils suivaient Jésus et même après la Résurrection… Il leur a fallu attendre la Pentecôte : ce Feu qui les a enflammés pour annoncer la Bonne Nouvelle du Christ, en vivre jusqu’à en mourir.

Division avec les autres : Comme du temps de Jésus, que de divisions entre certains pharisiens, les  scribes, les docteurs de la Loi…. Dans l’Eglise aujourd’hui, encore des divisions aussi… Oui, dans les familles également quand on ne veut pas respecter, admettre que l’autre vive d’une autre façon en renonçant à l’esprit du monde…. Aimer le Christ en premier avant les parents, les amis… que de compromis… de non compréhensions… c’est un combat, une lutte parfois.

« Je ne suis pas venu mettre la paix sur la terre » Et pourtant : Après sa Résurrection, lorsqu’Il viendra conforter ses disciples, Jésus  dira : « La Paix soit avec vous ». Cette Paix qui résulte du don que nous fait le Christ et qui nous permet sans doute de le suivre dans nos luttes, nos combats et nous enflammer pour cette annonce de la Bonne Nouvelle.

 

Sr. Marie Christine Cousin o.p.Marie Chrisitne

 

 

 

Notre bienheureux père Dominique

En ce soir de la fête de notre bienheureux père Dominique,

nous vous rejoignons avec la prière du Jubilé.

Qu’il veille sur ses fils, ses filles et bien au-delà de l’Ordre sur toutes celles et ceux qui ont la passion de la prédication de l’Évangile.

Dieu, Père miséricordieux

qui as appelé ton serviteur Dominique

à se mettre en route dans la foi,

comme pèlerin itinérant et prédicateur de la grâce;

pour nous préparer à célébrer le Jubilé de l’Ordre,

nous te demandons d’insuffler de nouveau en nous

l’Esprit du Christ ressuscité,

pour que nous puissions proclamer

fidèlement et joyeusement l’évangile de la paix.

Capture d’écran 2016-08-08 à 21.08.16