Au désert…

« En ce temps –là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté. »

L’Esprit Saint, qui vient de révéler à Jésus qu’il est le Fils bien-aimé du Père, le pousse au désert, lieu des choix pour y être tenté.

Le désert est le lieu du silence, de la solitude, loin du bruit du monde, face à soi-même, dans la vérité de Dieu. C’est le lieu où l’on se fait attentif à l’appel de Dieu. Mais aussi lieu des doutes.

Jésus est amené dans ce désert comme son peuple, quelques siècles avant, comme le peuple hébreu durant les 40 ans de désert ( Dt.8,2 ), il va affronter le tentateur et être « mis à l’épreuve »

« Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. »

Comme son peuple a eu faim, il connait la faim. Il a souffert comme nous pouvons souffrir. Ne sommes-nous pas souvent tentés de demander à Dieu de faire des miracles, de faire à notre place ce que nous ne pouvons pas faire ?

«  Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains »

Le tentateur cherche à séduire le Fils de Dieu et Fils de l’Homme par la possession des biens dont le pain est le symbole mais Jésus nous remet devant notre responsabilité devant la tentation d’avoir, de posséder toujours plus et parfois à n’importe quel prix il nous dit :

« Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toutes paroles qui sort de la bouche de Dieu. »

Jésus s’en remet à son Père. Notre seule référence doit être la Parole de Dieu. Il nous donne une leçon d’humilité et de confiance en son Père. Le fils de Dieu lui-même ne prétend pas tracer son propre chemin. A l’écoute de la Parole de Dieu, Jésus est vainqueur de la tentation. Il existe un autre bien que le pain. La nourriture de l’homme c’est « toute Parole sortant de la bouche de Dieu »

Le Carême, c’est choisir d’écouter la Parole de Dieu sous l’action de l’Esprit, reconnaitre que Dieu me parle et me demande aujourd’hui : « De quoi ai-je faim ? »

« Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas… »

Puisque tu es le Fils de Dieu, le bien aimé, tu peux faire n’importe quoi ; il te viendra en aide. C’est la tentation de l’irresponsabilité. C’est tenter Dieu, vouloir le mettre à notre service, mettre la main sur lui. C’est le contraire de l’amour.

« Tu ne tenteras pas ton Dieu »

Dieu nous veut libres et responsables et respecte notre liberté. Jésus s’est toujours comporté comme cela avec toute personne. Loin de tenter son Père, il s’en remet à lui.

« Je te donnerai tous les royaumes du monde avec leur gloire »

C’est la tentation de la gloire et de la puissance pour son propre compte. Qui veut faire rompre l’alliance d’Amour avec Dieu, qui veut séparer le Fils de son Père. Qui veut prendre la place de Dieu. C’est la tentation du pouvoir.

« Arrière, Satan ! C’est devant le Seigneur que tu te prosterneras et c’est lui seul que tu adoreras. »

Jésus s’en remet au Père. Sa nourriture c’est de faire la volonté du Père. Dieu seul est Dieu nous dit Jésus. Il donne et il se donne ; Son Don est premier et nous rendons grâce !

C’est le triomphe sur les tentations. « Les anges le servaient ».

 

Sr Monique Pelletier        Capture d’écran 2014-11-08 à 14.40.05

Publicités

4 réflexions au sujet de « Au désert… »

  1. Cela me rappelle
    « Quarante jours d’une avancée dans le désert où l’Esprit nous entraîne :
    Quarante nuits de ciel voilé avant l’aurore où Jésus nous libère :
    Quarante nuits, quarante jours, sur les chemins du Dieu d’amour. »
    Merci pour cette méditation, Monique.

  2. Juste en accompagnement de cette belle méditation de Sr Monique
    « L’ascèse chrétienne _ ce « combat plus dur que la bataille d’hommes », disait Rimbaud _ a pour but de surmonter les éléments de mort qui sont mêlés à notre existence, afin de laisser monter en nous la force de la résurrection. Le Carême est le temps de l’ascèse où les catéchumènes sont instruits en vue du baptême qui leur sera conféré pendant la nuit de Pâques. Ascèse où pointe la joie car, dit la liturgie byzantine, l’homme nourri « de toute parole qui sort de la bouche de Dieu », retrouve par le jeûne « une nourriture semblable à celle d’Adam au paradis ». Démarche de confiance et d’humilité qui dénude en nous, sous tant de soucis, d’agitation, d’accusation des autres, l’angoisse fondamentale et la transforme en gratitude devant le Christ pascal qui ne cesse de s’interposer entre le néant et nous. » Olivier Clément

  3. Ping : Au désert… | O'declick

  4. Pour compléter cette méditation de Sr Monique, ce texte d’Olivier Clément.
    « L’ascèse chrétienne _ ce « combat plus dur que la bataille d’hommes », disait Rimbaud _ a pour but de surmonter les éléments de mort qui sont mêlés à notre existence, afin de laisser monter en nous la force de la résurrection. Le Carême est le temps de l’ascèse où les catéchumènes sont instruits en vue du baptême qui leur sera conféré pendant la nuit de Pâques. Ascèse où pointe la joie car, dit la liturgie byzantine, l’homme nourri « de toute parole qui sort de la bouche de Dieu », retrouve par le jeûne « une nourriture semblable à celle d’Adam au paradis ». Démarche de confiance et d’humilité qui dénude en nous, sous tant de soucis, d’agitation, d’accusation des autres, l’angoisse fondamentale et la transforme en gratitude devant le Christ pascal qui ne cesse de s’interposer entre le néant et nous. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s