Jésus vint, et il était là au milieu d’eux.

 

En ce deuxième dimanche de pâques, nous célébrons la fête de la Divine miséricorde. Cette fête placée juste après le dimanche de la résurrection est une opportunité pour les croyants de contempler le visage miséricordieux de Dieu. Cela il l’a manifesté à travers la mort et la résurrection de son Fils Jésus-Christ. Fidèle à ses promesses le Christ revient de nouveau après sa résurrection pour libérer ses disciples de la peur, de la crainte.

« La paix soit avec vous ! ». C’est par ces mots que Jésus entre en communication avec ses disciples. Il leur donne la paix, cette paix qui vient du Père pour faire d’eux des artisans de paix afin qu’eux aussi à leur tour, ils puissent la partager à tous les hommes. Comme à ses disciples, le Seigneur revient à nous, fort de sa vie qui ne meurt plus, fort d’une vie qu’il peut transmettre par son Esprit, une vie qui n’a de cesse de se répandre, d’animer le corps de toute l’humanité.

« Nous avons vu le Seigneur ! » ; « Si je ne vois pas… ! ». La réaction de Thomas semble être sans importance. Et pourtant elle est humainement compréhensible. Nous pouvons nous reconnaître dans ce comportement purement humain de Thomas. Puisqu’il n’était pas avec les autres, il n’a pas eu cette chance de voir Jésus. Ce qui est louable dans cette attitude c’est son réalisme, il reste lui-même sans se laisser influencer par ses camarades, il se présente tel qu’il est, dans sa pauvreté humaine. Cela montre que Thomas a besoin lui aussi de faire l’expérience personnelle du Ressuscité pour croire à son tour. Il veut voir son Seigneur, le rencontrer pour recevoir aussi cette paix qui lui permettra de le proclamer et d’être à son tour artisan de paix. Le Seigneur se manifeste alors à lui et il le reconnaît. C’est alors que Thomas, l’incrédule, proclame sa foi, une foi vive en son Seigneur : « Mon Seigneur et mon Dieu ! ».

Dès que Thomas perçoit le Ressuscité il proclame sa foi, une proclamation de foi qui n’a plus besoin de preuve ni d’un quelconque témoignage.

L’attitude de Thomas nous est révélatrice, car elle nous aide à être dans la juste position. Si nous ne faisons pas de la résurrection une affirmation personnelle, notre foi ne s’appuie pas sur de vrais fondements. La foi c’est le résultat d’une expérience personnelle avec Dieu, à l’issue de laquelle nous découvrons ce qu’est vraiment la résurrection. Le Seigneur ressuscité, établit avec chacun des croyants une relation personnelle, une relation d’amour. Demandons-lui en ce temps pascal de nous donner cette force de le chercher et de le trouver dans les différents évènements de notre vie quotidienne.

Soeur Pascaline Bilgo o.p

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s