« Je suis le chemin, la vérité, la vie…

…Personne ne va au Père sans passer par moi . » Jn 14, 1-12

Soir du jeudi Saint : à leur grand étonnement, Jésus vient de laver les pieds de ses disciples, et de remettre Pierre devant sa propre fragilité : « Tu m’auras renié trois fois… ». Et Jésus continue à rassurer ses disciples, car le temps presse, Judas est sur le chemin de la trahison..

« Que votre cœur ne soit pas bouleversé,… Dans la maison de mon Père,… je pars vous préparer une place. Quand je serai parti…je reviendrai….et je vous emmènerai auprès de moi… là où je suis, vous serez vous aussi… pour y aller vous savez le chemin… » Eh bien non, les disciples ne savent pas… Et cependant…

Dès que Judas, ayant mangé la bouchée est sorti en courant, Jésus leur a dit : « Je vous donne un commandement nouveau : C’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres ». Cela ne leur a pas fait question…ce qui les intéresse dans l’immédiat : aller avec Jésus… et donc connaitre la route…

Jésus donne la réponse : «  C’est moi le Chemin…mais aussi la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi ».Alors…  « montre-nous non seulement la route, mais aussi le but du chemin : Montre-nous le Père… cela nous suffit. »

Et c’est la tristesse de Jésus : «  il y a si longtemps que je suis avec vous… Philippe, et tu ne me connais pas ? » Et pourtant…. les Apôtres viennent de vivre presque trois ans avec Jésus, témoins de l’enseignement et des explications particulières qu’il leur a données, des miracles réalisés, de leur foi même, qu’ils ont affirmée : « A qui irions nous, .. Tu as les paroles de la Vie… »

Le chemin de foi, malgré l’attachement à Jésus, est long.Même les œuvres de Jésus ne les convainquent pas encore. C’est la recommandation de Jésus : « Si vous ne croyez pas en moi, croyez du moins aux œuvres que je fais ». Et Jésus leur affirme : « IIs peuvent faire les œuvres qu’il fait, et même encore de plus grandes que Lui, s’ils croient en Lui. »

Ils ne croient pas encore vraiment..Et Jésus, en ces derniers moments se révèle : Il est, Lui, le Chemin pour aller au Père. Il est la Vérité : la seule révélation du Père. Il est la Vie : celui qui fait accomplir la volonté du Père. Jésus les ramène au réel, c’est-à-dire à leur vie avec Lui , à leur confiance en Lui, malgré leur faiblesse : Judas vient de partir pour le trahir, Pierre va le renier. Cependant Jésus leur demande de le suivre, de marcher en sécurité avec Lui. Il est le Chemin , Il est la Vie, Il est la Vérité. Il s’agit donc de suivre une personne, pas de se conformer à un code de vie, si beau soit-il. Et cela engage leur liberté, à chacun et une exigence d’amour : « Aimez-vous…comme je vous ai aimés » leur a dit Jésus..

Et nous qui lisons cet épisode de la vie de Jésus et de nos prédécesseurs dans la foi, nous pouvons sans doute nous retrouver, plus ou moins, dans les questions des Apôtres et leurs réactions.

« Jésus est ressuscité…Il ne nous a pas quittés, chantons nous en ce temps pascal, mais…c’est dans la foi… » Jésus nous dit aussi que notre vie se joue dans la foi, en relation avec Lui. Il s’agit de suivre une personne, non de se conformer à une loi. Jésus a dit et réalisé la mission donnée par le Père, précisément par la confiance manifestée par lui à son Père.

Et Il nous rassure en quelque sorte : « je vais vous préparer une place. Dans la maison de mon Père, iil y a beaucoup de demeures ».  Il y a aussi, certainement, diversités de chemins. C’est ce qu’il nous dit, aujourd’hui encore, par notre propre vie. Il n’a pas seulement parlé pour les Apôtres. Il nous interpelle maintenant, chacun de nous. Le commandement nouveau l’est pour nous aussi.  « Aimez…comme je vous ai aimés. Si vous avez de l’amour les uns pour les autres, tous reconnaitrons que vous êtes mes disciples ». Par notre vie quotidienne, nous sommes dans une relation avec Lui. Et jusqu’à maintenant « de simples gens » le comprennent et risquent ce Chemin : pourquoi pas moi ? Avec eux, prenons pied dans la réalité de notre vie quotidienne.

« C’est chaque matin notre journée tout entière que nous recevons des mains de Dieu. Dieu nous donne une journée préparée pour nous, par Lui : il n’y a rien de trop, «  de pas assez », rien d’indifférent, rien d’inutile…

C’est un chef d’œuvre de journée qu’il vient nous demander de vivre et nous le regardons comme une feuille d’agenda , marquée d’un chiffre et d’un mois. Nous la traitons à la légère comme une feuille de papier. Si nous avions un peu de foi, nous aurions envie de nous agenouiller devant notre journée. Nous saurions que nous sommes chargées d’énergie sans proportions avec les mesures du monde : la foi qui culbute les montagnes, l’espérance qui nie l’impossible, la charité qui fait flamber la terre. Nous prenons humblement la taille de la volonté de Dieu ».  Madeleine Delbrel.

                                             Sr Catherine de la Présentation  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s