Fêter la Trinité

Dans la Liturgie, la Trinité nous accompagne tout au long de nos célébrations: depuis le rassemblement convoqué  « Au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit »,  jusqu’à la bénédiction finale qui nous envoie dans le monde pour témoigner et pour prêcher la Bonne Nouvelle de l’Évangile de la joie.

L’Éternité du Père, la bonté manifestée en son Fils, et la nouveauté du souffle de l’Esprit, nous manifestent clairement que Dieu est Trinité. Depuis notre baptême nous sommes marqués par ce signe qui est don de vie éternelle, cadeau d’amour et grâce de communion. Tout vient du Père par le Fils dans l’Esprit, tout remonte par l’Esprit dans le Fils incarné vers le Père. donc, toute notre vie, toute la vie de l’humanité, toute l’histoire du monde tel qu’il est, sont suspendue à ce rayonnement de l’amour éternel du Père et du Fils dans l’Esprit.

Le dynamisme de l’amour trinitaire est bien explicite dans les textes brefs de ce dimanche que nous connaissons assez bien. Ils nous présentent Moïse et les deux  tables de pierre ( Ex. 34,4…). Israël s’est  laissé aller à l’apostasie en adorant le veau d’or. Aussi Moïse adresse-t-il à Dieu une instante prière d’intercession en faveur du peuple, dont il ne veut pas se déscolariser. Dans ce contexte de péché et d’alliance rompue, Dieu va montrer ce qu’il est vraiment: celui qui aime et pardonne, infiniment plus que celui qui juge et condamne (cf v.7.)  Moise en appelle alors à la présence agissante de Dieu qui sauvera son peuple.

Ce même mouvement de l’amour trinitaire  est bien présent dans la formule trinitaire exprimée par Paul aux  Corinthiens (13,11-13), avec ses souhaits de paix, de joie fraternelle, d’encouragement mutuel:  » que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous « … Parce que dans les attentions fraternelles que se témoignent les membres d’une communauté chrétienne, apparaît aussi le triple lien qui les unit entre eux: l’amour du Père à l’origine de tout; la grâce acquise par le Christ dans son mystère pascal, ainsi que la communion d’amour qu’est l’Esprit Saint.

L’Évangile selon Jean (3,16-18) nous manifeste clairement que Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.

 UN SEUL SEIGNEUR, UNE SEULE FOI, UN SEUL BAPTÊME, UN SEUL DIEU ET PÈRE 

Aujourd’hui nous te rendons grâces de manière spéciale, Seigneur notre Dieu, 

 pour ton Fils Jésus-Christ : il nous révèle que tu es Père

 et ton Esprit le murmure sans cesse au fond de nos cœurs…

Soeur Maria Fabiola o.p.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s