On marche sur les eaux !

 

« …Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules »… 

C’est presque aussitôt après qu’on ait fini de recueillir tout ce qui restait du repas de pain et de poisson offert par Jésus à ses auditeurs…. Cinq mille personnes ( sans compter les femmes et l es enfants), nourries avec cinq pains et deux poissons… Il y a là, matière à réflexion !

Les voilà donc seuls sur la mer…Jésus est parti ailleurs…sur la montagne… seul… avec son Père, il est parti pour prier…

La nuit se passe à ramer…Et à ramer fort, car le vent est contraire …Et Jésus n’est pas là… quand vers la fin de la nuit, quelqu’un s’avance vers eux….Il marche sur la mer..…Qui est ce ?…. Mais vite , on se rassure : «  Confiance ! C’est moi. N’ayez plus peur ». Toujours impulsif  Pierre s’écrie: » Si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux ! » …     «  Viens ! » dit Jésus, …   Et Pierre descend de la barque et marche vers Jésus,… sur les eaux..

Quelle foi, n’est ce pas !!…Normal, au lendemain du repas où, avec cinq pains, Jésus a rassasié plus de cinq mille personnes !… Pas si sûr…Le vent est fort,… le sol….c’est de l’eau !..Pierre enfonce : « Seigneur, sauve-moi.. »   Jésus étend la main.. « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? ».Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.   Alors cette fois, ils le reconnaissent en vérité : «  Vraiment tu es le Fils de Dieu ! ».

Dans le texte rapporté par Matthieu, seul Pierre a la vedette. .La phrase finale peut laisser penser que les autres disciples étaient plus ou moins dans les mêmes sentiments de foi et de doute..malgré les signes extraordinaires qu’ils venaient de voir et de vivre.

Les autres évangélistes qui rapportent le même fait éclairent un peu plus la situation des disciples..En Marc (6,45-52),jésus parla avec eux et leur dit : «  Confiance ! C’est moi, n’ayez pas peur !., puis  Jésus monte avec eux dans la barque et le vent tomba » ; en eux –mêmes ils étaient au comble de la stupeur, car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci .Luc ne fait pas mention de cet épisode . Quant à Jean (6, 17-21), le texte est bref . Jésus leur dit : « C’est moi ! N’ayez plus peur ! » Les disciples voulaient le prendre dans la barque : aussitôt la barque toucha terre là où ils se rendaient ».

En fait, la situation est agitée… En extérieur : c’est presque la tempête…A l’intérieur des Disciples : mélange d’interrogation sur les événements : le repas pour tant de monde, avec presque rien, Jésus qui les envoie ramer contre la mer et le vent…tout seuls, pour qu’ils le précèdent sur la rive d’en face… ; alors, qu’habituellement, il est toujours avec eux… !!! Incompréhensible….

Et voici que dans cette tempête, une ombre apparait..qui est-ce ? Un fantôme ? Le Seigneur ? qui sait ? Il parle : «  Confiance, c’est moi…N’ayez pas peur.. » Ouf.. oui c’est le Seigneur….

«  C’est moi ». Ils peuvent et devraient entendre : «  C’est moi : JE SUIS «  Il n’y a pas de doute..sur mon identité..Ce mot devrait rappeler aux disciples comment Dieu s’est nommé à Moïse et aux Anciens Pères. Mais on n’a pas le temps de réfléchir.. on a peur…on ne reconnait pas Jésus, Fils de Dieu..Alors, comme souvent, Pierre parle pour lui et pour les autres, tous partagés entre la foi et le doute … Il faut vérifier : «  Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi… ». La réponse fuse : «  Viens.. ».Et Pierre s’en va et marche sur les eaux…pas longtemps, le doute est plus fort que la foi. «  Au secours, Seigneur, sauve-moi.. ». Jésus étend la main, le saisit, mais lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?.. ». Ce deuxième signe parait avoir été révélateur : Tous ceux de la barque disent :  « Vraiment , tu es le Fils de Dieu. » Et au-dehors aussi, tout se calme : «  le vent tomba. », ceci aussi est souligné en Marc. Jean a une version différente : Jésus ne monte pas dans la barque, car la barque se trouve de suite au lieu où ils se rendaient. Il semblerait que la foi revenue, tout redevient normal : on arrive au lieu prévu. tranquillement, comme si rien ne s’était passé durant le voyage…

Sans doute, à certains jours, ils nous arrive d’imiter les Apôtres..Il y a les temps où je ressens la présence active de Jésus, sa paix, sa joie, voire son action de grâces. Et puis devant les événements qui bousculent, les difficultés, la peur nous prend…nous perdons pied… Pour nous aussi, l’extraordinaire de la multiplication des pains disparait de notre horizon… Oui, nous allons crier : «  Seigneur, sauve-moi ».      Alors sans doute, entendrons-nous : «  Femme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? ».Et aussi : …Avec une foi grosse comme une graine de moutarde,, tu peux déplacer les montagnes… ». Mais surtout :

«  Confiance …C’est moi.. N’aie plus peur. »

Et nous arriverons… au lieu où nous voulions nous rendre…

 

Sr Catherine de la Présentation   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s