L’évangile du jugement dernier, une parabole ?

Jugement dernier … quelque chose à voir avec les Béatitudes ?

Plutôt une prophétie, une description prophétique du jugement dernier …
Ou encore un testament – non déposé chez le notaire – mais au creux des mains de frères, écrit sur la chair des cœurs d’hommes.

Ce texte, splendide et redoutable, termine le dernier discours de Jésus, juste avant le récit de la passion. Comme les Béatitudes avaient introduit le premier discours de Jésus. N’y aurait-il pas des similitudes de bonheur entre les deux proclamations de Jésus ???

Jugement dernier … un acte de séparation ?

«  Il séparera les hommes les uns des autres comme le berger sépare les brebis et les chèvres. » (25,32)

« Séparer », une action créatrice dès les origines de la Genèse :

Gn1,4  « Dieu vit que la lumière était bonne et Dieu sépara la lumière des ténèbres. »

Ainsi … la séparation des eaux (Gn 1,6) ainsi … celle du jour et de la nuit  (Gn 1, 14).

En pratiquant la solidarité, la charité inventive, ne sommes-nous pas participant de l’acte créateur ? Et tant mieux qui nous n’en sommes pas conscients !

« Les justes répondront ‘’quand est-ce que nous t’avons vu …malade, nu, affamé, prisonnier …’’ » (25,44 et s…)

Jugement dernier :… une question de solidarité fraternelle ?

Il s’agit de bien s’entendre : le jugement portera sur l’attention envers les plus démunis qui ont faim, froid, qui sont nus, exclus ou en prison. Bref sur le combat pour le respect des droits humains. Des gestes concrets visant les détresses les plus élémentaires et les plus profondes, combat concret qui manifeste l’amour du prochain.

Mystérieusement, au travers d’actes simples – mais authentiques – qui nous impliquent, se joue déjà notre éternité.

Pas question d’attendre la FIN du monde pour rencontrer Dieu. La FAIM du monde  se décline en faims diverses : de pain et/ou de beauté, de respect et/ou d’écoute, d’amitié et/ou de partage, de paix, de silence, de considération, de soins rendus possibles, d’écoles accueillantes à tous, de mains tendues, de portes ouvertes, de sourires chaleureux … La faim du monde combattue ouvre le Royaume du Christ-Roi à ceux qui ont répondu aux cris des autres. Ni plus, ni moins … Un combat à saveur d’éternité.

Qui sont-ils les petits à rejoindre ?

Marc a 42 ans. Il a été adopté à l’âge de 5 ans par des gens de cœur qui ont compris la détresse de cet enfant abandonné des années auparavant.

Il est atteint de surdité profonde, a des troubles du comportement et une déficience intellectuelle. Il a été opéré d’une tumeur sur la colonne vertébrale, il y a une dizaine d’années. Il est joyeux, exubérant à l’excès.

Cette année encore, comme les années précédentes, Marc m’a souhaité mon anniversaire, le bon mois, le bon jour, lui qui ne sait guère lire ou écrire, qui a du beaucoup s’appliquer pour rédiger le libellé de mon adresse d’une grosse écriture malhabile.

C’est lui qui a rappelé la date à sa maman. Lui que je n’ai pas revu depuis plusieurs années mais que j’ai préparé à sa première communion il y a plus de trente ans.

Marc c’est le Christ mis à ma portée, Lui qui s’est inscrit au rang des petits, qui «  n’a pas retenu son rang d’égal à Dieu » (Ph 2,6-7).

De personne comme Marc, nous sommes les débiteurs, toujours. Sur le visage de Marc je peux distinguer en filigrane un autre Visage, qui a nom Miséricorde.

Sœur Françoise-Chantal Lelimouzin o.p.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s