Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus…

Lc 2, 27- La Sainte Famille.

« Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris.. » dit le poète.

Lorsque l’Enfant paraît, le Père l’affirme : « Celui-ci est mon Fils bien aimé… », et le ciel s’entr’ouvre pour laisser la fête éclater sur la terre : Les anges chantent si fort qu’ils réveillent et intriguent les bergers !

Marie et Joseph s’étonnent et contemplent ce petit qu’ils ont mis au monde. Les bergers se hâtent pour transmettre « ce qui leur avait été dit au sujet de cet enfant »et proclamer la gloire et la louange de Dieu.

Les mages, dans leur quête de sens et de vérité, apportent à la crèche l’hommage des nations et par leurs cadeaux, le pressentiment de la destinée de cet Enfant.

Dieu, dans ce petit enfant, a voulu naître dans un lieu qui n’est la maison de personne, si ce n’est celle des animaux peut-être, un milieu ouvert. Il est né dans l’immense crèche qu’est la terre avec sa famille humaine.

Ceux qui, comme les mages, verront son étoile et la suivront, naîtront à leur identité de fils de Dieu et de frères de Jésus. « Qui sont ma mère et mes frères ?…Celui qui accomplit la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur et ma mère ».Mc 3,33. C’est la véritable famille de Jésus, au cœur de laquelle se trouve la Sainte Famille, cellule intime de la naissance du Fils, premier né d’une multitude d’autres fils. Ce n’est pas une métaphore que Jésus nous propose, non, c’est l’essence même de notre vocation d’humains créés à l’image de Dieu. Jésus nous dit : « … Votre Père sait de quoi vous avez besoin » et «  quand vous priez dites : Notre Père qui es aux cieux… ». Dans cette famille divine, dans laquelle nous avons une place, Dieu, lui-même nous sanctifie jusqu’à ce que la famille humaine devienne une sainte famille.

Dans nos sociétés actuelles, tant de personnes et particulièrement d’enfants, ne connaissent pas leur famille, l’ont perdue, en sont séparés où n’y sont pas aimés …Nous savons que rien sur le plan humain ne peut la remplacer. Mais nous dit le prologue de l’évangile de Jean, en cette fête de Noël :

« Le Verbe …Il est venu chez- lui et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui ne sont nés ni du sang, ni du désir de la chair…mais de Dieu ».

Cette appartenance à la famille divine, par la relation priante et filiale, en nous faisant cheminer dans la vie spirituelle, nous fait grandir dans la confiance et l’amitié avec ceux qui sont nos compagnons de route sur cette terre. Cela donne sens et bonheur à la vie.

Soeur Viviane 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s