Ce pain, force au long des jours

Dans le texte de l’Evangile de ce jour, une fois de plus, on assiste à la contestation  du discours de Jésus,  par les Scribes, les Pharisiens et autres « Savants ». « Arrêtez de discuter. Faites-moi confiance », va leur dire Jésus, en citant aussi les Ecritures.

En ce dimanche, il est donc toujours question  de vie et de mort , de vie éternelle,  nourrie de la vie même du Christ Une fois encore nous sommes face à Jésus enseignant ses premiers auditeurs, et ce n’est pas serein. : «  Cessez de récriminer, de discuter, à partir de ce que vous croyez savoir. Ecoutez-moi, accueillez ce que je dis, faites confiance et comprenez. »

Peut-être, à certains jours, sommes-nous quelque peu dans des sentiments semblables aux Juifs face à Jésus affirmant : «  Je suis le Pain de vie, descendu du ciel. Celui qui en mange  ne  mourra pas. Il vivra éternellement ». Mais que veut-il nous dire ?

Dans la catéchèse de ce dimanche, l’Evangile est précédé et éclairé  de l’épisode d’Elie au désert, sans forces ni espoir, qui veut mourir et s’enfuie loin de Yahvé : « Maintenant, c’en est trop, reprends ma vie, je ne vaux pas mieux que mes pères. » Et le Seigneur, plein d’amour et de compassion, lui envoie l’ange, avec le pain et l’eau…Elie mange et se rendort. Il lui redonnera donc le courage de la persévérance, car le chemin est long..L’ange revient avec du pain et de l’eau. Elie se remet à marcher quarante jours et quarante nuits..mais , au bout, il voit Dieu.  Le pain de la route lui a été redonné, il l’a reçu, il est reparti, il a marché. Finalement il a opté pour la vie, avec la nourriture envoyée de Dieu.

L’Evangile reprenant les Paroles de Jésus lui-même, font écho à l’aventure d’Elie. Ce n’est plus un ange qui est l’envoyé de Dieu, mais Dieu lui-même qui vient. Et c’est tout l’enseignement de Jésus aux Pharisiens et à nous aujourd’hui.

Sur la route de la vie, nous avons besoin de « pain ».Ce n’est plus l’Ange qui nous l’apporte, mais «  Le Père qui envoie son Fils ». «  Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ».  lui-même nous promet la « vie éternelle » si nous « croyons en Lui  ». Il est lui-même « le vrai pain de vie ».   Nous comprenons alors, quelque peu,  la surprise des Juifs, contemporains de Jésus, particulièrement   ceux qui croyaient avoir  « tout compris » de Dieu dans  et par leur « connaissance des Ecritures ».   Et Jésus leur dit  pratiquement : «  Non, vous ne savez  rien, vous n’avez pas vu le Père. Sous-entendu : Moi seul ait vu le Père et connaît le Père, car Celui qui vient de Dieu l’a vu.  Alors, croyez-moi, « croyez en moi, en ma Parole, et vous aurez la Vie éternelle ».

On peut comprendre la stupéfaction des Contemporains de Jésus..même s’ils connaissaient les Ecritures. Mais, qu’en est-t-il de nous aujourd’hui, après 20 siècles de foi et de témoignage de vie des chrétiens  durant tous ces temps ?

Sans doute, nous croyons, mais pouvons-nous aussi redire avec le Père de l’enfant malade : «  Je crois, Seigneur, mais viens en aide à  ma « petite foi ».  Et la liturgie de ce jour , viens à notre secours et  nous éclaire : la deuxième lecture nous offre l’aide «  de l’Esprit Saint. »  Pas moins…

Saint Paul  précise aux Ephésiens, et à nous aussi en ce temps : «  N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu.  Cherchez à imiter Dieu. » Et cela est tout simple et se vit au jour le jour, dans le comportement quotidien,  face aux  petits événements de la « vie ordinaire ».  Eliminez l’amertume, la colère, les mauvaises paroles.. Pardonnez-vous les uns aux autres : car Dieu vous a pardonné.  Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Vivez dans l’amour comme le Christ nous a aimés. C’est un peu comme le mode d’emploi, pour devenir un « bon marcheur »  et arriver  au but.

 

Ainsi,  les trois lectures de ce jour, nous proposent  un bon et  beau  chemin à parcourir, et avec les moyens de parvenir au but à atteindre. Jeunes ou vieux, malades ou en bonne santé, chacun est appelé à marcher avec le Christ : Il nous ouvre la route, car  il est aussi notre « Pain pour la route, Pain vivant  toujours offert, Pain descendu du ciel pour notre faim, Pain qui nous redonne vie, éternelle…

«  Ce Pain … force au long des jours,

Ce Pain …jour au long des nuits.. »

Soeur Catherine de la Présentation o.p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s