C’est donc maintenant

 (Dt 4, 1-2.6-8)

 

Le temps de Dieu est le présent, car c’est dans ce temps de l’histoire qu’il nous accompagne, nous invite à prendre son pas, se fait proche, bref qu’il nous aime. Le présent, ou vivre « sous le soleil », comme dirait le vieux sage Quoelet.

Mais le présent n’est pas l’instant, qui est saccadé, sans passé et sans avenir. L’instant ne fait que se succéder à lui-même, éphémère et sans épaisseur. L’enjeu des humains, c’est bien de vivre au présent. Non dans un passé fantasmé où tout semblait bien mieux – l’Église, la famille, le climat, le monde…- pas plus que dans un futur qui promettrait la lune.

Mais que dire du présent, lui qui est toujours en fuite et nous échappe. L’immense Augustin d’Hippone, grand penseur du temps, peut nous éclairer et nous aider à entrer dans cette page du deutéronome. Pour lui tous les temps sont au présent, mais un présent qui se déploie en présent du passé, en présent de l’aveniret en présent du présent. Allons plus avant :

La loi, les préceptes sont comme un présent du passé, car il s’agit que ces paroles racontées et transmises il y a si longtemps, nous concernent aujourd’hui. Non pour être dans un carcan. Non pour penser qu’il n’y a rien à inventer et à transformer. Au contraire, mais non sans un socle, non sans revisiter le passé car l’aventure humaine est une. Cette visitation du passé ouvre le présent de la foi comme de la vie afin que la nouveauté ne se perdre pas du côté de la destruction, du faux. Elle nous tient du côté du vrai car la loi, les « dix paroles » – que nos catéchismes nomment encore « les dix commandements » – n’offrent rien de moins que la vie. Rappelons-nous la première, « c’est moi le Seigneur ton Dieu qui t’ai fait sortir d’Égypte. » (5, 6) Sortir, un verbe de naissance en hébreu. Sortir d’Égypte, c’est recevoir la liberté et la vie, « pour que nous soyons heureux tous les jours de votre vie et qu’il nous fasse vivre comme aujourd’hui. » (6, 20-24)

À travers les Paroles, ce qui est en jeu c’est la relation avec ce Dieu qui offre un chemin pour vivre, aujourd’hui, un Dieu qui ouvre et fait advenir. Nous ne sommes pas là pour exécuter des ordres d’un autre âge, mais pour vivre d’une relation qui donne confiance pour tracer une voie large. Et ce sont les impasses que Dieu démasque, afin que le peuple puisse les éviter et ne revienne pas à ses esclavages, à ce qui le fait mourir : « tu n’useras pas faussement du nom de Dieu… tu ne tueras pas, tu ne convoiteras pas… » L’envie, le mensonge, la haine de l’autre et les idoles, voilà qui nous tire vers l’abîme. Si la « loi et les préceptes » mettent à nu les voies sans issue, reste à dessiner sa vie afin qu’elle soit bonne et sensée. Là se trouve la liberté.

Ainsi, le rapport à notre Dieu et à sa parole devient-il aussi un présent de l’avenir. Car vivre de cette relation, de la mémoire de ce qui l’a fondée, c’est porter l’inquiétude d’une terre plus hospitalière pour tous, car nous-même avons été esclave ; non en Égypte, mais en quelques terres intérieures. C’est s’engager pour le respect de droits des plus fragiles, pour faire advenir des paroles vraies, pour ne pas se comporter avec duplicité ni désinvolture.

Enfin de compte, le présent auquel nous sommes invités, le présent du présent, c’est peut-être juste un nouveau regard. Poser un regard renouvelé sur notre vie, elle dont le Dieu vivant est l’indéfectible compagnon, là serait un secret du présent. C’est quand nous cessons de lui attribuer de la valeur pour notre vie, aujourd’hui, que le présent tombe dans le passé. Plus même, vivre dans l’attention au présent et vivre dans l’attente de l’éternité sont une unique réalité, ce présent de la joie que nous mettons à faire les choses et à nous engager dans la vérité et dans la bonté.

 

Véronique Margron op.  

(Publié dans La Vie de ce dimanche 2 septembre 2018)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s