Pour vous qui suis-je ?

La question de Jésus dans l’évangile est comme le bilan de son ministère en Galilée. Après sa prédication, ses journées sont remplies de guérisons et de miracles, les gens sont encore divisés à son sujet. L’idée leur vient de le comparer à un prophète ou à Jean le Baptiste, ou encore au prophète Elie. La demande de Jésus est une question de confiance, elle interpelle ses disciples. Que disent les gens ?…et vous que dites-vous ? Ce n’est pas un sondage d’opinion pour connaitre sa popularité. Jésus demande à ses disciple une prise de position personnelle. Le Christ ne demande pas de refléter les idées des autres, ni même de dire leur idée personnelle. Il leur faut prendre parti. Il attend une réponse existentielle de leur part. « Pour vous, qui suis-je ? »  Et Pierre lui répond sans reprendre l’énumération de la foule : « tu es le Messie. » Tout au long de l’histoire la même question revient. Qui est Jésus pour moi et qu’est ce que je vois en lui ? Quelle est ma perception de lui ? Quels visages donnons-nous Jésus dans notre vie de foi et dans notre Eglise ? Que disons-nous de lui ? Il ne s’agit pas de répondre de manière mécanique et stéréotypée, comme si c’était une leçon apprise. Suivant la réponse que je donne personnellement à cette question, ma vie sera ou ne sera pas transformée en profondeur. Pour chacun de nous qui est Jésus ? Une tradition transmise ? De la foi transmise reçue de nos parents, catéchistes, prêtres, religieux etc. Nous devons passer à une foi personnalisée dans le Christ ; et nous deviendrons, à notre tour des témoins, car c’est en cela que consiste le centre de la foi chrétienne. La profession de foi de Pierre marque un grand tournant dans la vie publique de Jésus. Il va désormais privilégier la formation de ses disciples. Il leur dévoile un secret d’amour, pour la première fois, il leur annonce sa Passion et sa résurrection : « il faut que le fils de l’homme souffre beaucoup qu’il soit rejeté ! Il sera tué et le troisième jour il ressuscitera » En parlant de sa Passion et de sa Résurrection à saint Pierre qui lui répond : « Tu es le Messie », Jésus ne fait que dire qu’il est bien le « Serviteur souffrant » dont parle le prophète Isaïe, celui dont Daniel parlait dans le psaume 22. Il rappelle à ses apôtres la dimension réelle qui est la sienne selon la révélation biblique. La riposte de Jésus aux reproches de Pierre a quelque chose de cinglant et de brutal : « passe derrière moi, Satan ! » Il veut faire comprendre que le salut de Dieu ne consiste pas à supprimer la souffrance, la mort et la haine par la force ou par un coup de baguette magique. C’est pourquoi Il nous invite à un changement de perspective dans l’image que nous avons de Dieu et nous appelle à marcher à sa suite, à entrer dans sa victoire qui sauve l’humanité dans le plus grand amour. Demandons la grâce au Seigneur de nous donner la force et le courage de le témoigner aux autres par une expérience plus profond de lui quel qu’en soit la situation dont nous vivons.

 

Sœur Madeleine DEDOUI Image-1.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s