Faire conversation

Depuis 4 jours, la conférence des religieuses et religieux de France, qui regroupe tous les instituts religieux avec 450 membres, tient son assemblée générale à Lourdes. Juste à la suite de l’Assemblée plénière des évêques de France.

Le thème de notre rencontre était la conversation. Conversation avec notre Dieu. Lui qui est de part en part un Dieu de la conversation. Celle dont il a décidé de faire de l’humain son partenaire. Une conversation fondée dans la Parole biblique, elle qui raconte sans cesse des histoires humaines, nos histoires donc. Serviteurs de la conversation de Dieu avec tout un chacun, nous sommes là pour être des faiseurs de dialogue là où nous sommes. Dans les monastères, dans les cités, à l’université, dans les paroisses, les maisons d’accueil ou de retraite. C’est une aventure qui nous oblige à nous délester d’idées toutes faites, d’a priori, de nos méfiances aussi pour nous déplacer vers l’autre et son monde, autant qu’il est possible. La conversation est pour nous une vocation. Y compris dans l’écoute douloureuse de ce qu’ont vécu les personnes victimes de crimes de pédocriminalité et dont les auteurs étaient ou sont des membres de nos instituts. Une conversation qui alors assigne, oblige à la conversion de nos mœurs pour qu’adviennent la vérité et la justice.

Notre conversation n’est pas faite que de mots, mais tout autant du silence de la prière, de la supplication pour ce monde fracassé trop souvent, de notre amitié offerte, du partage de l’action avec tant de personnes de bonne volonté, dans l’Église et hors l’Église pour construire une société moins brutale et intransigeante.

Devant tous les crieurs de mauvaises nouvelles, ou devant des étendards élevés rageusement pour toutes causes, jusqu’au plus funestes, ces variations de la conversation sont bien modestes. Surtout alors qu’aujourd’hui, 13 novembre, nous faisons douloureusement mémoire des 130 morts et près de 500 blessés des attentats de Paris en 2015.

Mais au moins cette conversation, qui n’est ni la communication, ni le bavardage, ni le remplissage, mais une hospitalité, en chair et en os, peut-elle opiniâtrement retisser le lien que tant veulent défaire, et finir – un jour du temps enfin- par désarmer les fanatismes.

 

Véronique Margron op.  

 

Edito de RCF ce mardi 13 novembre 2018, à écouter ici. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s