La conversion des jarres

 

Aujourd’hui 11 février, nous fêtons notre Dame de Lourdes, et célébrons la journée mondiale des malades.

L’évangile qui nous est donné à lire, nous l’avons déjà lu il y a peu de temps, c’est celui des noces de Cana. Lors d’une fête, la mère de Jésus invite les serviteurs présents à faire « tout ce que Jésus leur dira ».

Or, que dit-il ? de remplir d’eau des jarres dédiées à la purification. Pas de problème, car elles sont là pour cela. Puis, il invite les serviteurs à puiser dans ces jarres. Le maître de maison, amené à goûter le contenu de ces jarres découvre que c’est du vin.

Voilà le miracle de Cana : le rituel, les gestes de purification ont trouvé avec le Christ leur accomplissement. Il ne s’agit plus de protocoles qui garantiraient la validité d’une célébration, mais de fête et de joie. Les jarres ont trouvé leur accomplissement quand elles offrent du (bon) vin aux convives.

Il n’est jamais trop tard pour entendre la force de ce texte. A la fin de l’évangile de Jean, nous retrouverons la mère de Jésus (qui chez Jean n’a pas de nom) au pied de la croix de son fils, avec le disciple bien aimé.

Le disciple en question n’a pas de nom, lui non plus. Manière de dire que nous pouvons écrire le nôtre sur son front. Il n’est plus question de vin. Mais du côté du Christ sortira de l’eau et du sang. Il achève par sa vie le retournement et l’accomplissement de tout rite : il est le nouveau vin du monde. Plongés dans sa vie donnée, dans son amour offert, nous pourrons puiser de quoi vivre : la force de donner à d’autres des mots de consolation ou un geste de douceur qui signifient ce que Dieu dit depuis le commencement du monde. Il veut la vie des hommes. « Dieu n’a pas fait la mort, il ne prend pas plaisir à la mort des vivants » (Sg 1).

La maladie et le malheur insensés, (et Dieu sait qu’ils peuvent l’être) ne nous retire pas la capacité d’offrir à l’autre une manière de présence qui adoucit l’épreuve. Voilà le vin de la dernière heure que nous pouvons tirer de ces vieilles jarres que nous sommes si nous nous laissons transformer par ile Christ.

 

Sr Anne Lécu o.p.  

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s