« L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon… »

Le texte de l’Evangile de ce jour vient après celui de la « miséricorde et de la bienfaisance », où Jésus nous convie à faire preuve de générosité, de donner sans compter : « une mesure bien tassée, secouée, débordante… ».

Aujourd’hui, Jésus nous donne un enseignement en quatre courtes paraboles: « l’aveugle guidant un autre aveugle, la relation entre le disciple et son maître, la paille et la poutre, le bon arbre et le mauvais ». C’est un enseignement sur la relation entre l’homme et Dieu et celle entre l’homme et son semblable. Cette relation, bien que don de Dieu, est aussi un exercice, un apprentissage. La page d’évangile de ce jour nous fait comprendre que le disciple est celui qui apprend du maître et humblement, fait comme lui ; c’est celui qui témoigne de la bonté de son maître.

C’est ainsi que Jésus veut à travers son enseignement, nous donner le portrait modèle du disciple. Il le compare à un bon arbre qui est reconnu à ses fruits. « Un bon arbre dit Jésus, ne peut porter de mauvais fruit ». Le disciple est comme un arbre qui prend racine dans la Parole de Dieu, se nourrit de la sève de l’Esprit Saint qui lui fait porter de fruit: amour, joie, bonté, bienveillance. Fidélité, douceur, maîtrise de soi, … (Ga 5, 22-23).

Autant que  » le fruit manifeste de la qualité de l’arbre » comme nous dit Siracide dans la 1ére lecture, autant les vertus témoignent de la qualité du disciple. Il fait comme son maître, agit bien, pose de bonnes œuvres. Les actes que nous posons souvent peuvent refléter ce que nous sommes et  donner une idée de ce qui nous habite. N’est-ce pas que  « l’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ! » Et par conséquent tire du mauvais de son cœur qui est mauvais. La sainteté, c’est de nous laisser habiter par le Christ, de le laisser agir afin qu’il transparaisse  en nous ; ainsi, nous témoignerons de lui et nous donnerons du goût à ceux et celles qui s’approchent de nous.

Demandons au Seigneur de nous envahir de son Amour qui nous fasse « jouer aux anges qui voient Dieu » (hymne) et ainsi, porter le bon fruit que lui-même attend de chacun de nous.

Sœur Evelyne OUEDRAOGO  

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s