Ceci est mon corps, ceci est mon sang

 

Ceci est mon corps, ceci est mon sang.

Ces paroles mémorables, consacrant le mémorial de la passion et de la mort de Jésus, nous plongent d’emblée dans le mystère de l’Amour et du don total. Jésus se fait totalement don à l’humanité qu’il rachète au nom de son amour dont il aima les siens jusqu’au bout.

En cette solennité du Saint Sacrement, le Seigneur nous rappelle le fondement de sa mission. Elle est en effet une œuvre d’amour qui se manifeste de façon tangible dans l’existence terrestre de Jésus. De l’Incarnation jusqu’à la Croix, se déploie une vie où Jésus a toujours accepté de partager avec les démunis et les rejetés de la société leurs souffrances, en les guérissant et en leur procurant la consolation par ses actions heureuses de la providence. C’est bien évidemment ce que traduit l’évangile du jour, où Luc présente Jésus qui nourrit d’abord les foules par le pain de la Parole et ensuite par le pain matériel.

L’enseignement que Jésus donne aux foules nombreuses, montre l’importance pour l’être humain, de soigner sa dimension spirituelle sans négliger sa dimension corporelle que Dieu a créée par amour. Jésus alimente ainsi l’âme et le corps pour signifier le salut intégral qu’il accorde à l’homme par sa passion et sa mort continuellement renouvelées et rappelées dans l’Eucharistie, le Saint Sacrement, Sacrement par excellence du don.

Le don de Jésus appelle en réalité l’abandon qui doit témoigner de la réponse de l’homme à l’Amour divin. Le Corps et le Sang de Jésus que nous recevons comme nourriture de la foi, fortifient en nous l’élan qui nous pousse à nous consacrer sans réserve au Christ en tâchant de devenir ce que nous recevons : l’amour. Vivre de ce Sacrement par lequel Dieu se donne, c’est accepter d’être au milieu de nos frères, un reflet de l’amour évident du Christ à travers une noble attitude de considération de l’autre, de respect de sa différence et d’abnégation pour soulager le plus fragile dans la vulnérabilité de sa condition.

En prenant le Corps et le Sang du Christ, souvenons-nous toujours de cette exigence de charité qu’est l’attention aux autres, bien concrète dans le ministère de Jésus qui jamais ne s’est dérobé à ce devoir de sollicitude vraie et tangible. L’étranger qui passe devant notre maison demandant l’hospitalité nous rappelle ce devoir, tout comme le mendiant dans un coin de la rue ou le malade invalide de ma communauté, obligé de rester seul et confiné chez lui. Par ailleurs, le repas d’amour que nous prenons dans l’Eucharistie, éclaire et éveille en nous le sens de la communion des membres du seul Corps que nous formons, et où la solidarité permet de produire de véritables fruits d’amour en vue du Royaume.

Le Sacrement du Corps et du Sang du Christ, fait sonner pour nous, l’urgence du don et de l’abandon. Puissions-nous à chaque communion à ce grand Mystère, redécouvrir la signification profonde de la Rédemption qui en appelle à notre sens de charité. Daigne le Seigneur nous faire grandir encore plus dans son amour.

 

Soeur Pascaline Bilgo op

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s