Disciple, Marie est assise aux pieds du maître.

Dimanche dernier, nous avons entendu une extraordinaire leçon de Charité, avec la parabole du bon Samaritain ; aujourd’hui, l’évangile attire notre attention sur un autre exercice diffèrent : Celui de l’accueil et de l’écoute du Maître.

Depuis le chapitre 8 de saint Luc, Jésus est un route vers Jérusalem, la ville sainte prend tant de place dans l’évangile de Luc. Ici, Jésus est comme un pèlerin qui a besoin d’hospitalité. On rencontre une maison et deux femmes qui lui ouvrent leur porte, pour que le maître puisse entrer.

Le récit biblique, nous indique deux manières de pratiquer l’accueil, par les deux femmes :

  • Marie, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole…(10,39)
  • Marthe, était accaparée par les multiples occupations du service…(10.40)

Nous voici, face à deux attitudes :

Pour bien écouter, il faut le silence. Marie avait simplement un désir d’écouter, de contempler le maître. Jésus est en conversation avec Marie, et l’évangile ne dit rien de ce que dit Jésus. Luc attire l’attention sur l’attitude de Marie : celle de l’écoute. Elle était séduite par le discours de Jésus, mais, pour bien l’écouter, il fallait le silence. Le silence est beaucoup plus qu’une absence de mots ; quand on arrive vraiment à vivre une expérience de silence, on sait qu’il prend tout notre être.  En Marie, il y a avait aussi en autre attitude qui est propre aux disciples ; être « assise ».La vie chrétienne ne commence pas par marcher mais par « être assis » : pour mieux écouter et mieux connaître.

L’autre attitude que nous révèle le passage biblique est celle du service. Marthe, pas moins que Marie, a mis tout son amour pour bien honorer Jésus et ses amis. Même si elle était bien occupée, elle voulait écouter le Maître, et pour cela elle lui demande : «  Seigneur  cela ne te fait rien que ma sœur me laisse seule à faire le service ? »(10.40)

Le servicede Marthe, est aussi une donation pour les autres, il est très précieuse. Le serviceest nécessaire pour l’évolution de la mission. Mais, attention de ne pas tomber dans un activisme démesuré, qui peut fatiguer et faire mal, et qui ne conduit nulle part.

Jésus, n’a rien demandé. Marthe, elle, avait fait ce qui pour elle, était le mieux : « s’occuper du servie ». Jésus est venu vers Marthe et Marie. Quelquefois, on s’occupe de choses qui sont secondaires, en oubliant le nécessaire.

Silenceet service, contemplation et action, deux attitudes qui me semblent nécessaires à la vie chrétienne. Notre père Saint Dominique, recommandait aux frères et sœurs de l’ordre: « Contemplez et donnez de ce que vous avez contemplé »

   

Une seule chose est nécessaire…

Quel est donc cet « unique nécessaire » ? C’est de faire ce que faisait Marie : « Assise aux pieds du Seigneur, elle écoutait sa parole. »Jésus ne méprise pas le travail de Marthe, mais il montre que tout doit être placé dans une hiérarchie des valeurs, et l’écoute de la Parole de Dieu doit passer avant tout autre souci temporel.

Marthe, et chacun de nous, sommes invités à penser : qu’est ce qui est vraiment nécessaire pour nous, et pas qu’est-ce qui est nécessaire pour Jésus. Pourquoi ? C’est Jésus qui est venu à Marthe, comme il vient vers chacun de nous. Jésus, est venu chez Marthe et Marie, non pas seulement pour un repas. Il est venu comme Maître, pour enseigner, et Marthe et Marie, avaient besoin de la parole du Maître.

Comme Marie, soyons tous attentifs à l’écoute et comme Marthe, disponibles pour le service des autres.

 

Sr. Marie Esperanza OLARTE-MATEUS. op

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s