Les dix lépreux

La lèpre ! Tout le monde connaît les terribles conséquences de cette maladie au temps de Jésus. Cette impureté révélée aux yeux de tous. D’ailleurs, déjà dans l’évangile de Luc (CH.5 v.12 et suivants), Jésus guérit un lèpreux en le touchant. Et les conséquences de ce geste sont multiples; Il le rend ainsi acteur de sa propre vie et l’affermit dans ses relations avec les autres. L’homme peut alors se réinsérer dans la société et la communauté des croyants. (cf. Vocabulaire Théologique de la Bible – VTB). Il est pur selon la Loi d’Israël.

Mais alors, pourquoi douze chapitres plus tard, trouvons-nous encore cette lèpre? Il faut ,dire que le contexte a bien changé du début de la prédication de Jésus en Galilée (Ch.5) à sa montée vers Jérusalem où il va subir sa Passion (Ch.17)

Il y a urgence: Jésus passe de la guérison d’un seul homme Juif, à la guérison de dix hommes dont un, au moins, est un étranger.

Quand on sait l’importance des nombres dans l’Antiquité et dans la bible, ça vaut le coup d’y regarder de plus près. Ainsi, d’une part, il est expliqué que le nombre dix évoque la totalité, l’intégralité, l’ensemble, la somme de tout ce qui compose quelque chose ( anagogie.online.fr).Et d’autre part que l’homme est d’une unité telle que l’on ne peut dissocier le corps et l’âme, et que nos actes religieux si spirituels qu’ils soient demeurent incarnés (cf.VTB). Il en va ainsi pour la communauté et les personnes qui la composent.

Pour mémoire, quand Abraham “ marchande”  auprès de Dieu , la survie de Sodome, il s’arrête au nombre de dix justes pour épargner la ville.(Gn.18 v.32). Donc dix hommes lépreux, une communauté, nous.

Nous pouvons alors penser que tout ce qui a été dit précedemment pour un lépreux est valable pour ces dix guéris, eux aussi, en chemin… Et pourquoi pas pour nous aussi…

Mais, dans notre évangile, Jésus est surpris , peut-être peiné, après tant d’années d’enseignement à son peuple, alors qu’il sait maintenant sa mort toute proche, qu’un seul, un étranger revienne vers lui pour rendre gloire à Dieu, Sans doute les autres sont-ils allés se montrer aux prêtres comme Jésus le leur avai dit, pour la constatation de leur guérison physique et leur réintégration dans la communauté.

L’étranger, lui, aura reçu cette grâce de se savoir guéri et sauvé par ce retour auprès de Jésus pour lui témoigner sa gratitude. Sa façon à lui d’incarner sa vie spirituelle.

Car rien ne compte désormais devant Dieu que la disposition profonde des coeurs. D’un coeur purifié peut jaillir la foi, la justice, la charité, la paix. Dès lors, la valeur de la pureté toujours requise, vient de ce qu’elle conduit à la rencontre du Christ dans notre quotidien jusqu’à son retour (PhI,10).

Sr. Christine Panin op

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s