« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

Telle est la question de Jean Le Baptiste du fond de sa prison. Cependant, ce troisième dimanche de l’Avent  est appelé le Dimanche de la Joie. La joie devrait être le moteur, le centre de notre vie intérieure. Nous reflétons plus souvent la tristesse, voire l’indifférence que la joie de vivre.

« Ne craignez pas » ces paroles reviennent souvent dans l’Ecriture mais la peur peut nous paralyser, nous bloquer dans notre agir et dans nos paroles.

Dans le livre d’Isaïe, le Seigneur agit : les aveugles voient ; les sourds entendent ; les boiteux marchent ; le muet crie de joie. En lisant l’Evangile selon Saint Matthieu, nous avons la même énumération lors de la réponse de Jésus à Jean. Ce qui est annoncé par le prophète Isaïe se réalise par Jésus. Celui-ci révèle ainsi sa mission : envoyé par le Père pour réaliser son œuvre : apporter le salut au monde. Les miracles annoncés sont accomplis. Jésus en ajoute : les lépreux sont purifiés, ils sont réintégrés dans la société. Les morts prennent leur place et les petits, les pauvres entendent la Bonne Nouvelle. Oui, lors de la nuit de la Nativité, ce sont les bergers, les rejetés qui seront avertis en premier de la naissance du Fils de Dieu. Viendront ensuite les mages, des étrangers pour adorer le Messie. Et aujourd’hui, y aura-t-il un peu de chaleur humaine pour ces pauvres, ces étrangers. Une petite place, s’il vous plaît…

Mais, qu’êtes-vous allés regarder au désert ? Un roseau agité par le vent ?…Un prophète ? Et Jésus reprend un passage du prophète Esaïe « Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi. »

La venue du Messie est annoncée ainsi que celle de Jean Le Baptiste. Oui, après avoir accompli sa mission, Jean Le Baptiste se retire et laisse le Christ se révéler. Mais il est habité par cette question « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » Se mettrait-il à douter ? Nous qui n’avons pas été témoins oculaires des événements, il est normal que nous doutions par moment. Mais lui …

Dans quelques jours, nous célébrerons la venue du Fils de Dieu parmi nous. Un jour, un enfant me fit cette remarque : « Pourquoi tout le monde fête Noël car tout le monde n’est pas croyant ? » Bonne question, n’est-ce pas. Au-delà d’une foi déclarée, l’être humain est entrainé à vivre ce moment de Paix, de Joie, parce que le « Tout petit » est le « Plus grand ».

Que ce dimanche soit vraiment un jour de joie avec un visage rayonnant. Il est venu au temps de Jean Le Baptiste, il vient aussi aujourd’hui. Savons-nous reconnaître les signes de sa présence ? Laissons-nous habiter.

 

Sœur Corine op.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s