Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous

(Giotto) 

Tout est accompli. Les moments d’attente, de veille, sont à leur terme. Il est là, le Prince de la Paix, la Lumière qui éclaire tout homme, le Verbe fait chair. Il est né le divin enfant, le Sauveur du monde.  C’est Noël. Dieu parmi son peuple. Quelle joie !

« Le Seigneur a montré la sainteté de son bras aux yeux de toutes les nations. Tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu » nous dit le prophète Isaïe. Pour cela éclatons en cris de joie.

 

En cette fête, saint Jean dans son évangile (Jn1, 1-18) nous invite à découvrir l’origine de ce don merveilleux que Dieu fait à toute l’humanité.

« Au commencement était le Verbe. Et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était  Dieu ». Saint Jean reprend volontairement le premier mot de la Genèse, « au commencement ». Ce mot n’est pas une précision d’ordre chronologique. Ce qui commence ici c’est ce qui commande toute l’histoire humaine, c’est l’origine, le fondement de toutes choses. Tout est mis sous le signe du Verbe qui est la Parole divine, Parole d’Amour, Dialogue. Voilà l’origine, le commencement de toutes choses. Tout a été fait par Lui. La création tout entière est le fruit du dialogue d’amour du Père et du Fils dans l’Esprit Saint. Il importe alors de rentrer dans ce dialogue car nous sommes crées dans ce dialogue et pour ce dialogue.

 

« Le Verbe était la vraie Lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde ». Il est la véritable  Lumière qui illumine l’esprit de tout homme. Mais « Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu ». La question qui se pose est la suivante : qui sont les « siens » dont il s’agit? S’il fallait faire un sondage, beaucoup diront que le terme « siens » fait allusion au peuple d’Israël, ce qui n’est pas faut mais restrictif. Il s’agit en réalité de l’humanité entière. Chacun est donc concerné. Il nous faut résolument nous engager alors à réserver au Verbe incarné l’accueil approprié pour rentrer dans son salut.

 

À l’instar de Jean le Baptiste qui proclame à haute voix le mystère de celui  qui, non seulement est avant lui mais aussi est le commencement absolu, ouvrons nos cœurs et accueillons convenablement et sans réserve le Verbe, la Lumière, le Fils de Dieu afin de devenir véritablement enfants de Dieu car, « à ceux qui l’ont reçu, il leur a donné de devenir enfants de Dieu ». Il s’agit bien d’un don que Dieu nous fait en toute gratuité. Accueillir la Parole qui est source de vie, donne aux hommes une capacité. Cette capacité dispose l’homme à accéder à la dignité d’enfant de Dieu. Saint Jean dans sa première lettre nous le rappelle avec vigueur: « Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu et nous le sommes » 1Jn 3,1

 

« Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu ». Ce qui est mis en valeur ici c’est le rapport entre la grâce et la liberté. En effet, devenir enfant de Dieu n’est pas le fruit du seul effort de l’homme. Accueillir la Parole, le Verbe, la Lumière qui éclaire tout homme, le Chemin qui conduit à Dieu, par la foi est une adhésion libre, personnelle de l’homme et de l’action de Dieu. C’est Dieu qui prend l’initiative de nous faire participer à la plénitude de la vie certes, mais encore faut-il que nous accueillons convenablement ce don, cette grâce. Que la grâce de l’Esprit inspire et éclaire ma liberté pour que je puisse faire naître en mon cœur le désir de la lumière et l’accueil de sa Parole.

 

« Et le Verbe s’est fait chair  et il a habité parmi nous ». Celui qui existait de toute éternité est entré dans le temps et dans l’histoire humaine.  L’incarnation du Verbe marque une nouveauté dans la manière dont Dieu communique avec les hommes. Cette Parole devient une personne. Par l’incarnation, Dieu, le Tout-Autre nous fait comprendre qu’il n’est pas un être enfermé dans sa transcendance souveraine. Il est le Dieu de l’Alliance qui communique par sa Parole. Le fait que cette Parole devienne un homme qui parle le langage des hommes révèle parfaitement l’identité de Dieu et son dessein d’amour pour les hommes. Nous sommes invités à avoir la foi en ce Verbe qui s’est fait chair et à Lui vouer une parfaite adhésion.

 

À travers ce prologue saint Jean nous fait savoir que la gloire du Fils unique s’est manifestée. Il nous montre aussi l’attitude des hommes face au don de Dieu : l’accueil ou le refus. Refuser la Parole-Lumière c’est renoncer au don de vie qui vient de cette Parole et par conséquent retomber dans les ténèbres. La Parole incarnée, Jésus, nous révélera le mystère du Père. Nous sommes invités à contempler la vie divine effective en Jésus, vrai Dieu et vrai homme.

 

Sr Pascaline Bilgo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s