La sainte famille

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ». Le Verbe s’est fait chair dans la fragilité d’un tout petit enfant et c’est à cette même fragile humanité divine que les bergers viennent rendre hommage. Mais très rapidement, le texte d’évangile de ce jour nous invite à revenir à la dure réalité de la vie… partir en Égypte pour fuir la puissance d’Hérode. Ainsi, dès le début de son évangile, l’évangéliste inscrit la vie de ce Dieu fait homme dans l’histoire de son Peuple. Lui aussi doit faire face à la persécution d’Hérode, il doit fuir.

L’Évangéliste Mathieu nous dévoile une famille fuyant la violence, la domination des puissants, la mort. Tel fut le message de l’ange du Seigneur : « fuir en Égypte ».  Et c’est en terre d’Égypte que Joseph, Marie avec leur bébé seront accueillis – ce qui ne fut pas le cas dans leur propre pays au moment de la naissance de Jésus – Terre d’Égypte qui sut également accueillir auparavant, dans les moments difficiles Abraham, Joseph, Jacob…. Cette fuite représente tant et tant de fuites d’hommes et de femmes de notre monde d’aujourd’hui, cherchant une terre d’accueil par peur, inquiétude, tristesse, souffrance et douleur mais aussi d’espérance, de volonté de vivre, de trouver un monde meilleur… un monde de paix. Joseph, comme bon père de famille, ne recherche que le meilleur pour son fils et sa femme Marie. Il doit prendre soin d’eux, les protéger. Pour cette raison, il part la nuit même vers cette terre d’accueil comme lui avait demandé l’ange dans le songe. Il n’y a pas de temps à perdre ! Combien de pères et mères de famille en zone de violence préfèrent fuir leur pays afin de protéger ceux et celles qui leur sont chers !  Bien souvent, tout comme Joseph, Marie et Jésus, ils doivent partir dans la hâte en laissant tout derrière eux, remettant leur vie dans la main de Dieu pour qu’Il les protège. Le voyage est dangereux, dur, incertain.

Et c’est dans ce contexte de dureté, d’incertitude, de longue route et d’exil que se réalise la prophétie « D’Égypte, j’ai appelé mon fils ».

Puis après la mort d’Hérode, l’ange du Seigneur, de nouveau dans un songe donne un message à Joseph commençant lui aussi par « Lève-toi, prend l’enfant et sa mère et pars pour le pays (non plus d’Égypte mais) d’Israël. »

Retour d’exil, retour au pays qui connaitra un détour par Nazareth afin que s’accomplisse ce que dirent les prophètes : « Il sera appelé Nazaréen ».

Que notre Seigneur Dieu accompagne et protège tous les hommes, les femmes et les enfants en situation de migration, d’exil, loin de leur pays. Que notre monde recherche ensemble la justice et la paix pour chaque être afin que tous puissent vivre dans la dignité et une humanité plus fraternelle.  Ainsi adviendra le Royaume de Dieu.

Soeur Pascale Moisy op

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s