La foi et les oeuvres

« Quelle est l’utilité, mes amis, si quelqu’un dit avoir la foi et s’il n’a pas d’œuvres ? » rappelle avec force la lettre de Jacques. Nos partages, nos solidarités, nos gestes grands et petits, la caresse au mourant, la visite à l’isolé, la nourriture ou le toit offerts à qui manque de l’élémentaire…

Relire les 5 petits chapitres de lettre de Jacques, en ce temps de grande épreuve me paraît bien nécessaire. Avec cette question, cette angoisse : comment vivre les œuvres au temps du Covid-19 ?

Je vous en propose deux seulement, que je crois à la portée de nous tous.

La première œuvre de chacun au service de tous, c’est d’observer rigoureusement ce qui nous est demandé. #Restezchezvous.

La crise où nous sommes nous met tout à l’envers. Habituellement, c’est de sortir au contraire dont il est question. Mais là c’est de demeurer, d’habiter chez soi. Chose parfois bien difficile pour mille raisons justes, y compris le chagrin ô combien lourd d’avoir des proches et des amis gravement malades, mourants. Mais ce douloureux sentiment d’inutilité devient aujourd’hui un combat collectif, une vraie solidarité, en faveur de la vie de tous. Une œuvre donc.

Et une seconde. Car il y a tous ceux qui sont dehors. Pour nous. Soignants, éboueurs, caissières, boulangers, cuisiniers, agriculteurs, informaticiens, magasiniers, livreurs, chauffeurs. Et bien d’autres que j’oublie. Tous ces gens que nous applaudissons avec raison tous les soirs. Habituellement, ils nous sont pour la plupart absolument invisibles, parfois même ils nous énervent parce qu’ils ne vont pas assez vite, ou ne font pas bien, à nos yeux.

L’œuvre qui dit la vérité de la foi alors, c’est cette conscience vive et marquée de gratitude que nous ne sommes rien sans les autres. Tous ceux-là. Nos sociétés individualistes, nos vies trop habituées à chercher comment réussir contre l’autre, seuls, trouvent aujourd’hui leur impasse. Car sans eux, aucun de nous ne pourrait ainsi rester chez lui et espérer sortir vivant demain.

#Restezchezvous, restons chez nous et pensons à eux tous, pour nous tous.

 

(Édito du 24 mars sur RCF)

Véronique Margron op.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s