Saisi de compassion

Jésus vient de perdre tout à la fois son cousin et ami,  Jean Baptiste, d’une manière aussi cruelle que violente à cause de l’orgueil d’un homme et de la rancune d’une femme.

On peut aisément comprendre le chagrin et la douleur qu’il peut éprouver comme tout un chacun. Tous deux étaient liés l’un à l’autre bien au-delà de leur humanité, dès avant leur naissance. Pour Jean Baptiste, Jésus était l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ( Jn 1, 29).  Celui dont il n’était pas digne de défaire les sandales parce qu’avant lui, Il est. ( Jn1,19-30;Lc 3,16 et ss)…

Pour Jésus , Jean  est  son prophète(Mt.11,11)  la lampe ardente et lumineuse (Jn.5,35ss), son fidèle témoin (Jn1, 17 ss) et son précurseur jusque dans sa mort violente.

C’est dire à quel point Jésus, dans son humanité, peut être troublé par sa disparition et éprouvé le besoin de se mettre à l’écart.

Peut-être que les foules elles aussi, ont saisi quelque chose du drame qui vient de se produire et vont chercher leur consolation auprès de Celui qu’elles  reconnaissent aussi comme étant un prophète avec l’espérance que Dieu ne les a pas abandonnées. Jésus comprend leur plainte et l’ampleur de leur désir et se trouve “saisi de compassion”. Et aussitôt, s’oubliant lui-même, il se met à les consoler , à guérir ceux qu’ils aiment et tous ceux qui se présentent en quête d’un salut.

C’est la compassion, l’amour de DIEU pour l’humanité souffrante qui agit Jésus dans ces actes de miséricorde à l’égard des personnes qui attendent tout de Lui. Il n’a de cesse que de les consoler mais aussi de les rassasier aussi bien moralement que physiquement.

Bien souvent, comme nous le faisons nous-mêmes, les disciples sont fatigués et ( appréhendant sans doute, la suite de cette longue journée) proposent à Jésus de renvoyer les foules pour qu’elles se trouvent  quelque chose à manger . L’argument est bon mais Jésus ne s’y arrête pas et renvoie les disciples à leur propres capacités d’action pour trouver une meilleure solution conforme à la volonté du Seigneur. Dieu ne peut renvoyer simplement ceux qui se tournent vers Lui. Sa compassion va au-delà et concerne tout l’humain ,y compris dans ce besoin primaire qui est de se nourrir pour vivre et cela parcourt toute la bible.

Alors pour les disciples , il s’agit de partir de ce qu’ils ont…même pas grand chose, au regard des foules; le Seigneur fera le reste. Ils doivent encore l’apprendre du maître et s’en souvenir. Etre sûrs que leur foi en Jésus pourra tout réaliser, après son retour au Père.

Reconnaître que ce qui jaillit du coeur de miséricorde du Christ, c’est l’abondance inépuisable de l’amour du coeur de notre Dieu et Père(Rm8, 37-39)

C’est de cela que les disciples auront à témoigner jusqu’à son retour.

 

Soeur Christine Panin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s