« Le monde les a pris en haine parce qu’ils ne sont pas du monde » Jn 17,11-19

Un professeur de français dirait à ses élèves : « que de répétitions ! » Et il les renverrait à un dictionnaire de synonymes ! Pas moins de 18 fois le mot « monde » dans le chapitre 17 de saint Jean. Et, pour corser l’affaire, pas toujours le même sens….. Il y a donc un risque de mécompréhension.

Le monde serait comme un lieu très négatif, un lieu dont les apôtres ( les Onze) et les disciples (nous) devraient être protégés, absolument. Car pour « celui qui va à sa perte », c’est déjà, peut-être, trop tard …Et pourtant quand Dieu fit le monde … Il vit « que cela était bon ». Gn 1. Alors ?

Alors … à y regarder d’un peu plus près, il y a le monde et le Mauvais (avec une majuscule) : Le Père a envoyé Jésus dans le monde :

« Le Verbe était la lumière du monde, Il venait dans le monde, Il était dans le monde et le monde fut par lui et le monde ne l’a pas connu » (Jn 1,9-10)

Alors ? Si le Père a envoyé son Fils et si les disciples sont envoyés à leur tour dans le monde c’est parce que le monde n’a pas à être exclu du Salut.

« Je ne te prie pas pour que tu les enlèves du monde mais pour que tu les gardes du Mauvais »

C’est toute la création –le monde créé – qui « gémit en travail d’enfantement »   ( Rm 8,22)

Mais, il y a un secret.

Ce secret s’appelle la sanctification.C’est la manière originale, spécifique, unique, pour un frère de Jésus d’être au monde sans appartenir au Mauvais. C’est être dans le monde sans y être englouti, englué, noyé. C’est n’être pas complice d’un monde qui met l’homme au rang d’objet.

« Sanctifie-les dans la vérité ».

La vérité c’est l’antinomie du Mauvais. La vérité c’est le contraire de Satan, le menteur, le calomniateur, le tentateur :

« Non, pas du tout, vous ne mourrez pas … vous serez comme des dieux … »  (Gn 3,4-5)

« Le monde les a pris en haine pare qu’ils ne sont pas du monde »

 L’Observatoire de l’Eglise en détresse, soutenu par l’AED, a publié en 2014 une étude sur la persécution des chrétiens dans le monde. Il y a la persécution officielle et l’hostilité populaire qui peut lui ressembler beaucoup. Le nombre de chrétiens persécutés s’élève à 100 voir 150 millions. Et le Malin s’appelle alors Boko Haram, Daech, Mafia, Règne de la drogue etc …

Au fait, le pape François – comme Jean l’évangéliste – aime aussi les répétitions.Il use et abuse des mots mondanité, mondain(e) ! L’avez-vous remarqué dans « la Joie de l’Evangile ? »

Alors ? Alors le Diabolus peut aussi s’appeler surconsommation, individualisme, engagement frileux, immanence, récupération, etc …

Alors ?

Seigneur « ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal » ….

Sœur Françoise-Chantal  Sr Françoise Chantal

L’entretien de Jésus avec Nicodème

L’Evangile de ce quatrième dimanche de carême s’enracine dans « l’entretien de Jésus avec Nicodème ».

On peut toujours imaginer une palette de raisons pour expliquer, ou justifier, la démarche nocturne de ce savant qui connaît les Ecritures sur le bout des doigts. Pourtant, le niveau, la qualité de l’échange c’est Jésus qui les fixe … La barre est haute car il s’agit des Ecritures connues par Lui sur le bout du cœur.

Il est question de naître d’en haut, de naître d’Esprit. Il est question de devenir une personne neuve, à tout âge, de redevenir un enfant en somme, pour se laisser guider par l’Esprit.

Déconcertant pour un notable juif. ….

Les perspectives de Nicodème et de Jésus sont difficilement conciliables. Le dialogue tourne court…

Tout érudit qu’il soit, et il l’est, Nicodème avoue – non pas son incrédulité- mais son incompréhension d’intellectuel. Une dimension lui échappe : « Comment cela peut-il se faire ? » (verset 9). Cependant l’aveu d’ignorance du pharisien pourrait ouvrir une brèche vers la vie de relation que Jésus lui offre.

« Si vous ne devenez comme des petits enfants …… vous n’entrerez  pas …» (Mc 10,15)

Mais Nicodème ne l’entrevoit pas … ne la soupçonne même pas cette communion, du moins pas encore….. Ses connaissances théologiques ne lui servent à rien sinon à l’égarer un peu plus.

Jésus ne cherche pas à le convaincre : comment le pourrait-il, puisque son témoignage n’est pas reçu ?

« Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas accueilli » (Jn 1,11)

« Vous n’accueillez pas notre témoignage » ( Jn 3,11)

Mystère de l’univers de la foi …

En fait, Jésus ne peut toucher qu’un corps blessé, qu’un cœur désarmé et ouvert, qu’une oreille à l’écoute.

Jésus ne peut être reconnu par l’homme que dans sa pauvreté, dans sa maladie, sa faiblesse, sa petitesse, dans la misère de son péché.

L’évocation du serpent d’airain dressé dans le désert n’arrive qu’à la fin de la méditation de Jean. Elle est là pour appuyer tout ce qui précède : la conversion du cœur, voilà l’esprit d’enfance retrouvé, la voilà la « re-naissance » possible dans l’Esprit, dans l’amour.

Et c’est bien de retournement dont il s’agit : passer des certitudes de l’intelligence à l’assurance du cœur qui croit tout, espère tout, attend tout … C’est le cœur de l’homme qui est à changer.

Jean s’appuie sur les textes de la première alliance pour s’adresser à ce notable, membre de l’éminent Sanhédrin. Il s’agit pour Nicodème de passer de convictions ancestrales à la fragilité d’un signe : un signe … qui guérit par un seul regard ?

Le véritable caducée c’est le Christ en croix. Oui, la mort de Jésus est salvatrice

La croix : le signe, la manifestation, la preuve que « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique  pour que tout homme qui croit ne périsse pas mais ait la vie éternelle». (verset 16)

Le vrai problème n’est pas le mal que nous avons commis mais bien l’amour de Dieu qui nous sauve. La part de ténèbres qui nous habite, nos terres en friche n’empêchent pas que nous soyons fait pour la lumière, la beauté, la vérité, l’unité.

La croix est Vie pour tous ceux qui la regardent comme telle. Le regard croyant et la prière au Christ crucifié peuvent nous libérer du mal, faire la vérité en chacun, à condition de ne pas en rester aux questions … de Nicodème  et ce n’est pas toujours si facile ….. Sa démarche nocturne n’est-elle pas, peut-être, le signe d’une certaine nuit spirituelle ?

Soeur Françoise Chantal       Sr Françoise Chantal

Année nouvelle : premier dimanche de l’Avent

Un homme part en voyage … (Marc 13,33-37)

Il a une idée en tête, une idée très personnelle :

Il donne pouvoir à ses serviteurs.

Il répartit les tâches : qui le grain à moissonner et engranger, qui le raisin au pressoir, qui la responsabilité du four …

Dernière recommandation : que le portier veille sur les personnes et les biens …et surtout sur la centième brebis cherchée inlassablement et retrouvée …

Un homme part en voyage

En laissant tout derrière lui, il fait confiance.

Il crée un espace d’initiative : que les talents de chacun fructifient 30, 60 ou 100 pour un.

Que la créativité s’exprime dans la liberté.

Un homme part en voyage

Quand le maître est là, il n’y a que consignes. Chacun est un exécutant.
Mais quand le maître s’absente, les projets peuvent naître et se déployer.

Un homme part en voyage …

A la docilité se substitue la fidélité – la vraie- celle qui est créatrice.
Elle ne recopie pas le modèle.

Elle le contemple pour l’enfanter aujourd’hui.

La fidélité n’est pas le souvenir scrupuleux, entretenu coûte que coûte.

La fidélité c’est le courage de faire du neuf sans trahir l’ancien.

Elle ne plagie pas l’original, c’est un archétype qui ne renie rien du passé.

La fidélité c’est un courage pour aujourd’hui et pour demain.

Demain … ou plus tard, quand le maître reviendra à l’improviste …

Qu’il trouve sa maisonnée active, joyeuse, E-VEILLEE !

Alors, à son tour, il fera asseoir ses serviteurs,

il les servira et dira à chacun :

« En peu de choses tu t’es montré fidèle.
Je t’en confierai beaucoup, entre dans la joie de ton Seigneur ». (25, 23b)

 

Soeur Françoise-Chantal Lelimouzin

Sr Françoise Chantal

Les jeux olympiques européens des personnes atteintes de déficience intellectuelle.

Du 9 au 21 septembre se déroulent à Anvers les jeux olympiques européens des personnes atteintes de déficience intellectuelle.

2000 athlètes venus de 58 pays d’Europe et d’Eurasie concourent dans 10 sports olympiques.

La fédération française, bien représentée, compte 3 jeunes de l’IME St Martin des Douëts (où les soeurs sont présentes depuis de longues années) à Tours : Sarah, Anaïs et Kévin, entrainés par Elisabeth, le professeur d’éducation physique de l’établissement.

J’ai assisté sur youtube à l’arrivée de la flamme olympique (le lien permet de voir la cérémonie d’ouverture entière). Partie le 4 septembre d’Alexandroupolis en Grèce, elle est arrivée le 9 en Belgique. Depuis elle a parcouru 450 km à travers le pays. Le 13, la vasque a été allumée à la fin d’une cérémonie d’ouverture de qualité où compétiteurs et spectateurs ont été divertis par un spectacle de danse unifiée joué par des danseuses ayant une déficience intellectuelle.

Le sport contribue grandement à l’accès à l’autonomie.

Bien que l’événement ne fasse pas la Une des journaux, c’est une belle expérience de fraternité où vraiment « l’essentiel est de participer ».

Sœur Françoise Chantal Lelimouzin

Un dialogue

Un dialogue. Entre Jésus et ses disciples.

D’abord pour connaître l’opinion des hommes.

Opinion, somme toute flatteuse, car … Jean Baptiste, Elie ou Jérémie, ce n’est pas si mal !

Les amis répondent assez vite … cela ne les met pas directement en cause …

« Pour vous qui suis-je ? »

C’est Pierre qui se jette à l’eau avec sa fougue habituelle,

Sans tourner sept fois sa langue dans sa bouche.

« Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »

Voilà, c’est dit et Jésus confirme.

Il confirme et donne les clés pour entrer chez lui, enfin chez son Père ce qui pareil :

Mon enfant tout ce qui est à moi est à toi …

Confier ses clés, c’est une manifestation de confiance.

De grande confiance : on peut aller et venir à son gré …

Et dans la maison du Père, il y a beaucoup de demeures,

Donc beaucoup de portes … normal qu’il faille des clés …

Dieu nous a donné ses clés, toutes ses clés.

Quelles portes avons-nous ouvertes à nos frères ?

La porte de la tendresse ? Celle de la justice ? De la miséricorde ? Du pardon ?   …

 

                            Sœur Françoise Chantal Lelimouzin o.p.
Sr Françoise Chantal